Motivation

Je ne sais pas si vous avez vu la météo, mais on annonce la première canicule sur le Québec ! Je n’ai pas besoin de vous dire que ma place sera sur une plage ce week-end !!

Ça m’a donné envie d’écrire sur l’été et l’entrainement. Pour plusieurs, l’été est la 2e saison la plus difficile pour s’entraîner. L’hiver, il fait si froid et noir si tôt, que personne ne veut sortir de chez soi et l’été c’est tout le contraire… Il est tellllllllllllllement beau et chaud, il y a tellement d’occasion de tricher sur le plan alimentaire et de sauter des journées de gym… c’est trop facile.

Par contre, parlons franchement, c’est cette saison qu’on veut être le plus en shape, la shape de plage qu’on dit même ! Je veux donc vous donner quelques trucs pour continuer à garder la forme tout en vous amusant.

Crossfiter ou pas, une solution très simple, prenez des WODs qui requiert peu ou pas de matériel. Rien de plus facile que faire un Workout For time de Burpees, push-ups, sit-ups, corde à sauter et course… De la sorte, vous pouvez profiter de la saison estivale au lieu de vous enfermer à l’intérieur.

Sinon le bon vieux vélo, la randonnée, la course à pied, le volley-ball, le power yoga à l’extérieur sont de bonnes alternatives pour le remplacement d’un soir de gym. L’important est de bouger, si vous n’êtes pas en phase de compétition et que vous allez au gym pour garder la forme, je ne vois pas de mal la-dedans !

Côté nourriture… les terrasses et restos sont très alléchants, je sais… mais les BBQ le sont aussi et sont plus simple pour contrôler ce que vous ingérez. Un Steak et une papillote de légumes c’est bien plaisant ou bien un filet de saumon sur une planche de cèdre ou bien un poisson à chair blanche avec salsa à la Mangue maison ou même un filet de porc… tellement de possibilité et tout semble plus festif cuit sur le BBQ.

Côté accompagnement, vous pouvez être Funky un peu… une guacamole avec des chips de patates douces, une salade sucrée salée, des Frites de Carottes (what? Oui et miam.) sérieusement il y a juste trop de façon d’être créatifs et santé !!!

Nous avons fait l’acquisition d’un nouveau livre de recette paléo récemment et il y a des tonnes de recettes estivales, sinon un cuisinier québécois Antoine Sicotte avec son livre consacré au BBQ, juste Oh.My.God. ce chef est un génie. Il faut parfois faire quelques modifications pour rendre le tout paléo mais wow…

En gros, l’été, c’est fait pour jouer. Amusez-vous à l’entrainement et au fourneau… ou plutôt au BBQ. Le resto, ça va, mais avec modération, gardez-le pour votre jour de triche ! Adaptez-vous à votre environnement pour rester en forme sans que ce soit une corvée 🙂

CrossfitentrainementEntraînement crossfit

Vous aimez les cours de groupe mais vous sentez que vous stagnez dans vos PR? C’était mon cas après une année complète de cours de groupe. J’ai réalisé que je ne développais pas ma force. Je me suis donc jointe à l’équipe de compétition et là, je m’améliorais beaucoup! C’était des cours de 90 minutes avec beaucoup plus de techniques et beaucoup plus de force! S’entraîner avec les meilleurs aussi nous rend meilleurs, ça j’en suis certaine. J’y allais 5 ou 6 fois par semaine, car j’y voyais des résultats. Je n’allais plus au cours régulier, j’allais seulement aux Open Gym. Je m’entraînais seule, je focussais sur mes faiblesses: les ring dip, strict pull up, snatch, etc. Et puis, je me surpassais dans les cours de compétition. J’aimais vraiment ça, je me sentais dans la gang! Ma confiance augmentait et même mon style vestimentaire évoluait. Je faisais mes wod RX et je participais à des compétitions. L’esprit de groupe était mon arme pour me dépasser. Le Crossfit, c’était ma vie.

 

Peu à peu, ma vie personnelle me rattrapait. J’étais de moins en moins disponible pour ma vie sociale hors crossfit, je me dépêchais sur la route pour arriver à temps au cours et je me sentais surtout coupable quand je n’y allais pas. Bref, un jour, je me suis tannée de cette pression que je me mettais à moi-même et j’ai décidé d’avoir mon propre gym, oui oui, dans mon garage! J’ai tout acheté pour faire n’importe quel wod de CrossFit. Tout le monde a tenté de me décourager à mon gym. Les arguments: «tu n’aimeras pas ça t’entraîner toute seule»,  «Tu vas payer pour rien.» et «Tu ne seras pas capable de te motiver.» Je leur répondais: «Non, je suis motivée et disciplinée».

 

Six mois plus tard, je peux affirmer que les deux camps ont raison. Ça dépend de votre personnalité. Pour ma part, je suis encore motivée, mais mes motivations sont différentes. Avant je voulais faire des PR pour battre l’autre, avant je voulais être assez bonne pour faire des compétitions, avant je voulais montrer mon nouveau chandail, avant je voulais faire partie de la gang! Oui, ma gang me manque et le social me manque, mais l’entraînement en solo, j’aime ça. Pourquoi? J’aime me comparer à moi-même, j’aime choisir mon horaire comme m’entraîner à 22h un vendredi soir, j’aime mettre mon vieux chandail parce que personne ne me voit, j’aime cesser le crossfit pendant quelques semaines pour simplement courir sur la piste cyclable, j’aime écouter ma musique pendant que je m’entraîne, bref j’aime ma liberté.



Oui, je crois qu’on stagne plus en s’entraînant seule, mais je fais encore des PR dans mon garage, c’est juste plus long qu’avant. J’ai quand même pris la décision de m’inscrire une fois par semaine à un gym de crossfit pour ne pas perdre ma technique et pour faire un peu de social aussi. C’est important, c’est ce qu’il y a de plus beau dans le crossfit, c’est sa communauté. On tente souvent de me convaincre à m’inscrire et la tentation y est, mais ça ne correspond plus à mes besoins actuels, c’est même difficile d’y aller une fois par semaine, car c’est plus facile d’y aller chez nous. Je n’ai pas de programmation particulière, peut-être que je devrais. Mais, pour l’instant, je connais assez bien mes faiblesses. J’utilise l’application beyond the white board pour trouver des wods et je me fais une petite programmation chaque semaine. Parfois, je m’entraîne en couple, c’est plus motivant. Mais, règle générale, je suis seule avec moi-même, ma musique et mon chronomètre. Je dois vous avouer que j’ai quand même participer à une compétition amicale cet été. Donc, tout est toujours possible, ça dépend de ce que vous voulez.

Ma petite routine ressemble souvent à ça: 10 minutes de réchauffement, 20 à 30 minutes de force ou de techniques et un wod entre 10 et 20 minutes: AMRAP, FOR TIME, FGB Style, Death by, etc. L’été, j’aime faire de plus long wods. Ils sont souvent plus cardio, car j’y intègre plus de course. Connaissez-vous Chris Powell? C’est l’animateur de Maigrir ou mourir. Pour vous mettre en contexte, il entraîne des personnes obèses et il intègre souvent du crossfit dans ses entraînement. Bref, cet été, il a partagé un wod sur sa page Facebook : le fatal 40. Je me suis dit : «OK, on le fait!». Alors, le 24 août à 14h, on l’a fait dans notre garage et dans la rue, je précise qu’il faisait 28 degrés celcius sans vent! Bref, j’ai fini après 88 minutes et j’étais fière de moi parce que je l’avais complété. J’ai été très déçue de voir par la suite que j’avais oublié de retranscrire deux mouvements sur mon tableau! (voir photo: il manque les push up et les deadlifts) Donc, mon défi cet été sera de la faire à nouveau en 88 minutes mais cette fois, en ajoutant les deux mouvements manquants.

Ce qu’il faut retenir dans tout ce que je viens dire, c’est de vous écouter. Vous vous connaissez mieux que quiconque. Écoutez votre corps, votre tête et surtout votre coeur. Le crossfit pour moi, c’est synonyme de maintenir une bonne forme physique dans le plaisir en solo ou en groupe. Et pour vous, qu’est-ce que ça représente?

 

Joanie Lavoie

 

CrossfitDay to lifeMotivationNon classé

Il y a une couple de semaines je suis tombé sur une séries d’articles parlant de certains principes qui font qu’un gym est bon. J’ai beaucoup aimé leur approche alors je vous la partage aujourd’hui! Vous pouvez lire le texte original de Roberto B. sur WodPlanet. Laissez-nous savoir si vous aimez celui-ci et nous vous partagerons les autres!

« Aujourd’hui, nous commençons une rubrique amusante appelée « à la box ». Ici, nous allons couvrir toutes les choses pertinentes à la box: les coachs et les techniques de coaching, les critiques d’équipement, les drop-ins et leurs avantages pour nous, et les critiques de gyms. Pour commencer, avant toute autre chose, il serait bon d’avoir une première discussion sur ce qui fait une bonne box. Décomposons les bases aujourd’hui, et dans les prochaines semaines, nous allons donner plus de détails sur chaque composante.

great-box-coaching

Puisque je me plais à penser en listes et motifs, nous allons isoler trois parties constitutives de tous les grandes boites, et nous allons arbitrairement les faire commencer par la lettre « c » (non pas parce que CrossFit commence par un « c », hehe).

1.) Les Coachs

La première clé du succès en CrossFit est l’entraîneur. Pourquoi? Un bon coaching est indispensable à tout CrossFitter car un bon entraîneur vous enseignera la bonne forme, la technique des lifts, les compétences de gymnastique, et vous encouragera quand vous en avez le plus besoin. Lorsqu’il vous semble que tout va à l’échec, un bon entraîneur sera le « Mickey » à votre « Rocky » quand vous attaquerez ce WOD qui ressemble tout à coup à Mr. T. Votre coach vous motivera, vous fera croire en vous-même, et oui … jettera même l’éponge si nécessaire.

Cela semble beaucoup pour un entraîneur, n’est-ce pas? Mais on parle de CrossFit. Je pense que Rich Froning résumait bien quand il a dit, « Ce n’est pas que vous devez être le meilleur à tout; c’est que vous ne pouvez échouer à quoi que ce soit « . Vos entraîneurs ont mis du temps à apprendre les mouvements clés, les lifts, et les compétences de gymnastique qui font du CrossFit ce qu’il est. Est-ce à dire que chaque entraîneur va être un expert dans tous ces domaines? Non, mais une bonne boîte aura une profondeur et une diversité de son personnel d’entraîneurs qui réunira tous ces domaines. Vous pouvez avoir des entraîneurs qui sont plus allumés en gymnastique, et d’autres qui ont été certifiés en force. Mettez ces deux entraîneurs ensemble dans une boîte et, boum, vous avez l’étoffe d’un excellent entrainement! Maintenant, ajoutez un entraîneur fou qui aime danser pendant WODs à divertir les troupes tout en prenant une pose de yoga à l’occasion et … là vous avez votre mobilité. Dans une boîte, vous avez tout: compétences de gymnastique, de la force et des programmes d’haltérophilie, et de la mobilité (avec un peu de poussière de yoga sur le dessus).

Une bonne boîte aura de la profondeur avec leurs formateurs, tant en nombre qu’en capacité. Cherchez cela, et vous trouverez une grande boîte.

2) Communauté

Si le CrossFit est reconnu pour quoi que ce soit par le reste du monde, c’est en tant que communauté de croyants (bon, ok … il est connu comme un culte! Mais allons, vrais croyants, nous savons que ce n’est pas vrai… Quelle est la première règle de CrossFit? Parler de CrossFit non-stop à tout le monde!). Ce qui rend le CrossFit si grand est la camaraderie qui vient seulement par le partage d’une misère commune et des victoires quotidiennes! Comme l’a dit Sean Woodland, « L’homme qui termine dernière obtient souvent applaudi (pour) plus fort que l’homme qui termine premier. »

great-box-community

La Communauté CrossFit

Les grandes boîtes ont de grandes communautés. Point à la ligne. Rien de plus, rien de moins. Comment trouvez-vous la marque d’une grande communauté? Jetez un œil sur les règles de la boîte (habituellement affichées sur un mur quelque part, et réitérées par vos entraîneurs): «Sauf indication contraire, ne pas commencer le nettoyage jusqu’à ce que chacun complète le WOD.» Pourquoi ? Parce que vous n’êtes pas seul dans ce voyage. Les athlètes des autres niveaux sont là avec vous, partageant la même douleur et les gains que vous. Et tout comme vous, ils ont besoin d’encouragement. Si vous avez terminé avant les autres, applaudissez-les et aidez-les à se rendre à cette même fin aussi efficacement que possible.

Jetez un oeil autour de vous en explorant votre boîte. Est-ce que les gens s’encouragent? Est-ce que le prochain groupe, arrivé tôt pour se préparer, également investi dans la façon dont votre groupe travaille? Sont-ils là pour apporter leur soutien, à la fois physique et émotionnel? Est-ce que les gens s’entraident à ramasser l’équipement? Si c’est le cas, voilà l’étoffe d’un grand box.

Le Coeur

Ici, nous avons deux idées liées au coeur: le noyau physique, comme dans l’emplacement; et le noyau idéologique, comme dans les objectifs de la boîte pour les membres.

– Noyau physique (emplacement):

Un bon gym est accessible pour vous. Cela ne signifie pas nécessairement qu’il est physiquement proche de vous. Plutôt, c’est qu’il s’adapte à votre style de vie et votre emplacement. Votre boîte peut être à 30 minutes de voiture, mais aussi longtemps que vous pouvez faire cette route sans sauter WODs (parce que c’est trop loin), eh bien, c’est excellent. Pour la plupart d’entre nous, cela signifie que nous allons chercher une boîte qui est située soit près de notre maison ou de notre travail. Mais … et permettez-moi de le souligner, ne troquez pas le coaching compétent et la communauté pour des raisons de commodité. Si vous vous retrouvez à un gym moins que génial seulement parce que c’est pratique pour vous, eh bien … la commodité ne va pas aller très loin pour très longtemps si vous êtes sérieusement investi dans votre entrainement. Prenez le temps de passer dans les diverses installations autour de vous, faites le tour, demandez au propriétaire de la boîte pour une période d’essai, et ensuite prenez une décision.

group push press

– Noyau idéologique:

Encore plus important que le noyau physique est la base idéologique. Qu’est-ce que je veux dire par là? Votre boîte ont-ils une mission définie ou un programme de formation et de santé globale? Attendez, vous n’avez jamais pensé à votre entrainement en ces termes? Eh bien, vous le devez car le CrossFit ne sert pas seulement à déplacer des choses lourdes physiquement. Le CrossFit nous apprend la vie, la persévérance,  la diligence, et de croire en soi-même (tous les types de choses que nous allons nous concentrer dans notre série).

Une bonne boîte soutiendra cette idéologie. Que veulent-ils vous enseigner? Sont-ils investis dans plus que votre portefeuille? Sont-ils investis dans votre vie? Une grande boîte investi en vous entant que personne, et ils vous aideront à construire physiquement et mentalement.

Donc, il y a quelques réflexions préliminaires sur ce qui fait un très grand gym … Dans les prochaines semaines, nous allons plonger plus profondément!

Cet article était la partie 1 de notre «Recette pour un grand gym de CrossFit. » »

Tel que mentionné, les auteurs de Wodplanet avaient toute une série d’articles sur le sujet. Laissez-nous savoir si vous avez aimé celui-ci et nous vous partagerons les autres!

Non classé

 

(Cet article de Jon Gilson est traduit de l’Anglais. Trouvez l’original sur AgainFaster.com)

Le Crossfit est extraordinaire dans l’étendue de ses possibilités. Les tâches physiques que nous entreprenons sont remarquables par leur variation constante et  leur intensité immuable.

Pour le CrossFitter débutant, l’ampleur du programme peut être intimidante. Vous apprendrez l’haltérophilie, la gymnastique, le sprint, les kettlebells, les ballons lestés, la nutrition de base et une centaine d’autres choses. Le Crossfit a combiné ces modalités et une bonne dose de créativité pour développer un modèle inclusif de programmation à l’entrainement. Pour rendre le Crossfit un peu plus facile à traiter, voici les choses que vous devez savoir pour devenir un athlète d’élite. Tout le reste viendra avec le temps.

1) Virtuosité: Faites chaque répétition correctement, à chaque fois. La virtuosité est la poursuite de la perfection. Devenez un maniaque de forme, et vous pourrez profiter des avantages du Crossfit très rapidement.

2) Constance: Sortez du lit. Allez au gym. Prenez l’habitude de vous présenter.

3) Intensité: Efforcez-vous de réduire les temps de repos au milieu des entraînements. Le moins vous vous reposerez, plus vous deviendrez fort. Vos temps d’entraînement vont chuter, et votre santé va monter en flèche. Allez à fond!

4) Nutrition: Mangez suffisamment de calories pour soutenir l’exercice vigoureux. Ne pas manger n’est pas une solution. Évitez l’alcool, l’amidon et le sucre comme la peste. Mangez des viandes maigres, des légumes, des fruits à faible IG (indice glycémique), et de bons gras. La graisse est nécessaire pour la performance athlétique – optez pour les amandes, les avocats, l’huile d’olive et l’huile de poisson. La meilleure façon de maintenir une bonne alimentation? Jetez toutes les cochonneries de votre garde-manger et n’en achetez plus jamais.

5) Sommeil: Le sommeil est essentiel à votre développement athlétique. Lorsque vous dormez, vous guérissez. Le progrès est un échange constant entre la détérioration et la reconstitution – l’exercice vous détériore et le repos vous rebâtis. Donnez à votre corps le carburant dont il a besoin pour guérir – protéine maigre et gras immédiatement avant le coucher vous maintiendront dans un bon état pour brûler les graisses et augmenter la masse musculaire toute la nuit. Dormez au moins 8 heures chaque nuit. Faites-en une priorité.

6) Repos: Ne vous entrainez pas tous les jours. Vous brûlerez. Prévoyez des jours de repos à tous les deux ou trois jours de gros entrainements. Vous pouvez accélérer la guérison avec de la glace, de la compression, de la mobilité, et des suppléments appropriés.

7) Instruction: Dépensez de l’argent sur une formation de qualité, de la lecture, des séminaires, et des certifications. Quelques dollars bien investis feront accélérer vos gains beaucoup plus vite que l’avis du gars au comptoir du Pro Gym.

8) Confort: Sortez des sentiers battus. Approchez de nouvelles compétences comme une occasion d’apprendre, pas une occasion à l’échec. Les meilleurs athlètes du monde passent toute la journée à travailler sur leurs faiblesses, pas à renforcer leurs points forts.

9) Objectifs: Écrivez tout. Fixez des objectifs et travaillez-les à tous les jours. Revenez sur vos progrès, et changez ce qui doit être changé.

10) Le stress: Votre corps ne fait pas de distinction entre le stress musculaire d’un entrainement et du stress de la vie. Réduisez le stress de la vie afin de maximiser vos progrès.

Rien de tout cela est bouleversant. Intégrez ces principes dans votre style de vie, un par un. Suivez-les 90% du temps, et vous vous trouverez en haut du tableau toutes les semaines.

Jon Gilson est le fondateur de Again Faster et un membre du personnel de formation CrossFit L1.

Mise en forme

Quand j’ai commencé mon blog, Marie-Pier m’a approché en disant qu’elle aimerait perdre du poids suite à sa grossesse. Maman de la belle petite Juliette, elle désirait retrouver sa taille d’avant qui même après plus d’1 an elle avait de la difficulté à retrouver complètement.

 

Je lui ai donc dit que ça me ferait plus que plaisir de l’aider, que je la prendrais sous mon aile un peu comme un petit projet personnel. Je lui ai donc monté un plan alimentaire, pour l’aider à savoir quoi manger et quand le manger. SURTOUT lui montrer que pour perdre de la masse grasse, il ne faut pas moins manger… mais manger mieux et manger les bonnes choses pour son corps.

Je lui ai montré comment remplacer au maximum les produits contenant du gluten ou calories vides par de bons glucides complexes comme, par exemple, les patates douces ou le Quinoa. Surtout, comment les doser et quand les manger. Je lui ai aussi demandé de me faire des résumés chaque jour de ce qu’elle mangeait et comment elle se sentait pour les 3 premières semaines pour ensuite réviser si nécessaire. Le plus crucial, je lui ai demandé de boire un minimum de 2 litres d’eau par jour.

Je lui suggérais de bouger un peu chaque jour, faire du jogging, du vélo et si possible s’entraîner 3 fois par semaine.

Après ces deux semaines-là, elle se sentait prête à se lancer pour de vrai avec un programme plus complet. Je me suis donc filmée pour lui donner 3 jours d’entraînement facile à suivre même à distance. Jour 1 sous forme de Lucky 7, Jour 2 sous forme de Pyramide (10-1) et Jour 3 plus traditionnel en augmentation de masse musculaire.

Ce programme a été conçu pour montrer que si elle mangeait bien, avec 3 repas triche par semaine et qu’elle s’entraînait convenablement, elle pouvait en 3 mois voir une belle évolution. Suite aux 3 mois, le corps est habitué à un type de mode de vie et il ne veut pas retourner en arrière. Surtout quand tu vois des résultats 🙂

Elle m’a donc envoyé une photo au départ et 1 autre après 3 mois. Elle a réduit de 20 lb et voyez le corps beaucoup plus tonifié 🙂

J’ai voulu faire ce suivi et ce «test» avec Marie-Pier parce que je sais que c’est bien beau lire mes articles et surtout c’est facile pour les lecteurs et lectrices de se décourager parce que mon cheminement est extrême et je met beaucoup, beaucoup d’heures dans mon entraînement. Je voulais vous montrer que tout le monde peut arriver à un mode de vie sain. La clé est de bien manger et bouger suffisamment, chaque jour. Il faut le faire pour sa propre santé et son propre bien-être. Un coup qu’on se prend en main et qu’on mange bien et on se sent bien dans notre peau, je vous le garanti, on ne veut pas revenir avec nos mauvaises habitudes.
Marie-Pier, je suis très fière de toi. Être maman prend beaucoup de temps et d’énergie. Avoir su relever le défi et continuer dans la voie de la santé, c’est le plus beau cadeau que tu peux t’offrir et offrir à ta petite Juliette.
A+
Andy

Motivation


Et oui je suis une fille. Il y a des semaines où la motivation est facile, je suis en feu et tous les jours j’ai hâte au soir pour m’entraîner et il y a aussi d’autres semaines où je me traîne semi de reculons au gym et que je rêve de rester dans mon divan avec une couverte et un film de filles. Il y a aussi des moments où c’est tough mentalement, émotionnellement. Quand les muscles sont endoloris et qu’il me reste 3 Reps ou pire encore que je suis dans la moitié de mon AMRAP et que je sens déjà que je fléchis et que les larmes me montent aux yeux. Il y a des soirs que je suis au gym et que tous les poids semblent plus lourd que je vois la voie s’allonger devant moi et que j’ai envie de baisser les bras.

C’est dans ces moments-là que je me rappelle mon parcours, que je me remémore les encouragements de mon coach et de mon entourage. C’est dans ces moments-là que je rage et que je pousse encore plus fort, que je passe ma frustration, ma peine, ma fatigue et me concentrant une répétition à la fois et
que je me dit, encore une de plus jusqu’à ce que j’atteigne la dernière rep de la dernière série. C’est aussi surtout dans ces moments-là que je visualise le plus mon but et que oui si ma compétition était aujourd’hui je ne serais pas dans les meilleures mais l’entraînement que je viens d’achever m’amène encore plus près de mon but et me motive à continuer.
Croyez-moi ou pas, quand j’entre au gym fatiguée ou émotionnellement épuisée, je ressors de là revigorée et je me sens mieux pratiquement à coup sûr. On dit des fois que le gym est comme une thérapie et moi j’y crois. Il y a des hauts et des bas comme dans n’importe quelle sphère de la vie et comme dans n’importe quoi, c’est en travaillant et en me dévouant pour que ça fonctionne que ça devient plus facile, que je m’améliore, que les moments de difficulté de démotivation sont de moins en moins présents pour faire place à la motivation et à l’envie de performer et d’utiliser ce terrain comme étant mon terrain de jeu où il est clairement l’espace dans la journée pour prendre soin de moi et pour faire la paix avec pleins de trucs extérieurs qui peuvent gruger par en dedans.
Émotion, motivation et dévotion. Trois mots qui décrive bien ma relation avec le sport, avec l’entraînement. C’est ma passion, c’est une partie intégrante de ma vie et malgré mes hauts et mes bas, je ne verrais pas ma vie sans ça. C’est vraiment la meilleure chose que j’ai pu intégrer dans ma vie.
Je souhaite vraiment à tout le monde de tomber amoureux de leur sport. Allez y, Foncez !
Andy
Motivation

Premièrement, non ce n’est pas le titre d’un site web, n’allez pas vérifier.
Deuxièmement, je pense sincèrement que c’est le mot qui résume bien ma première semaine de ma nouvelle phase d’entraînement ; la force appliquée.
Quand tu t’entraînes et que tu charges lourd, tu deviens vulnérable à tellement de facteur externe à l’exercice en soi. Je pense facilement à certains facteurs comme le sommeil/repos et la nutrition. Pour évoluer ces deux facteurs sont primordiaux.

Sommeil

Un Athlète doit dormir son 8h par nuit minimum pour laisser le temps à ses muscles de se régénérer.   Aussi, les temps de pose entre les exercices doivent être respecté et surtout les journées OFF. Tu n’es pas plus cool si tu choisis de t’entraîner pareil même si ton entraîneur t’a planifié une journée de repos. Au contraire. Un nombre de repos minimum est requis pour bien performer et surtout réduire la vulnérabilité musculaire.

Manger mium mium

J’ai lu récemment un texte du magazine The Box que j’ai trouvé ultra pertinent pour la vie de tous les jours et pour les athlètes de tous les niveaux. Il ne faut pas insinuer que si vous commencez le Crossfit ou un entrainement en haute intensité, que vous devez automatiquement manger strict Paléo ou the Zone.
Par contre, il faut trouver un équilibre alimentaire et surtout manger sainement. Comme tout être humain, j’aime ça des fois manger de la crème glacée ou bien prendre un verre de vin en soupant. Tout est une question de dosage. Prendre une crème glacée le samedi après-midi ensoleillé et prenant une marche avec ton copain/copine, il n’y a franchement pas de problème niveau santé. Tout comme prendre 1-2 verres de vin le samedi soir en soupant aussi tout va bien. (Oui le samedi est clairement ma journée triche de ma semaine!)
Il faut y aller avec le gros bon sens comme on dit et surtout bien manger ses légumes, beaucoup de légumes et de la protéine en masse! C’est sûr que dans mon école de pensée, la protéine animale est la meilleure source de protéine, mais je ne suis pas du tout le genre à dénigrer votre façon de penser si vous mangez de façon équilibrée qui convient à votre mode de vie et à votre forme physique !

La forme

Sinon, mon troisième point considérant la vulnérabilité du corps à l’entraînement est la Technique. C’est tellement important d’avoir une bonne forme quand on se lance dans des mouvements complexes comme le power lifting ou l’Haltérophilie. Tsé quand on dit qu’il n’y a que 3 mouvements de power lifting et qu’il y a des athlètes qui consacre leur carrière entière au développement de la bonne technique et à l’amélioration de celle-ci, c’est que ça ne doit pas être pris à la légère et surtout il faut s’écouter, ne pas vouloir sauter des étapes d’évolution.
Si tu lèves 235 livres en Deadlift mais que tu dois utiliser ton dos et l’arrondir, tu vas avoir un problème et un gros appart ça! Concentre-toi donc à perfectionner ta forme, ta technique, ta respiration et tu vas le lever ton 235 livres probablement plus vite que tu penses même !
Alors en gros, cette semaine, j’ai vécu une belle leçon de vulnérabilité avec certains mouvements et je me suis souvenu que mon but est de bien évoluer, sainement. Une étape à la fois, j’adore mon sport, je veux pouvoir le pratiquer et ça pendant longtemps. Des blessures c’Est tellement arrivée rapidement et ça prendre si longtemps à traiter, ça ne vaut vraiment pas la peine de brûler des étapes pour atteindre un objectif rapidement et après devoir reculer de 10 pas en arrière !
Allez ! Continuez à faire ce qui vous passionne !
On se rejase sous peu 😉

Andy
Compétition

Petit retour en arrière. Lors de la 2e semaine, je me suis blessée. Je ne savais pas si c’était une micro-déchirure, quelque chose de déplacé ou autre. J’essayais d’utiliser le moins possible mes jambes dans mes workout en « compression » parce que c’était hyper douloureux et je voulais me laisser le temps de guérir. Finalement, cette semaine quand j’ai admis que 14.5, il y aurait des Thrusters et des Burpees assurément, je me suis dit que je devrais aller consulter un physio.
Jeudi après-midi mon premier rendez-vous. Après plusieurs tests, la conclusion est que mon bassin est déplacé, mon coccyx est déplacé, une vertèbre du bas de mon dos est croche, j’ai un ligament d’étiré au niveau de l’aine et une congestion musculaire à ce niveau dû à un manque de flexibilité… Ce qui fait que j’ai vraiment très mal… J’ai pris donc 2 rendez-vous en 2 jours pour régler le plus possible ce qui se réglait et vivre avec mon ligament étiré et lui donner du repos… après le 14.5 bien sûr…
Quand j’ai écouté l’annonce du workout, j’avais déjà démissionné dans ma tête… Le mouvement qui me fait le plus mal c’est le thruster… le deuxième, le burpee… Si c’était un AMRAP j’aurais pu me dire je vais prendre mon temps j’en ferai pas gros anyway… Mais non toi, c’est un For Time… qui totalise 84 Thrusters et 84 Burpees. Sérieux là ? Quand Castro annonce : You will have to finish it or you will have to quit… j’étais semi un pied dans l’abandon et le reste de mon corps dans le anyway il n’en reste qu’un DO IT.
Alors, samedi, j’arrive, je fais mes millions d’étirements/échauffements pour mon aine, je m’assure que mon squat n’est pas trop croche… Je fais quelques Thrusters léger, quelques burpees over-the-bar… et bon, j’y vais, plus vite ce sera fait et plus vite j’aurai mon congé.
Les 21 premiers thrusters ont été étonnement bien et les 21 Burpees over-the-bar aussi. J’avais confiance, je remerciais ma physio dans ma tête et je me sentais bien aka invincible. Je reprends la barre pour le 18. Aooouuutchhh Je sens un choc du ligament de mon aine et qui répercute jusque dans mon genou… J’en fais quelques uns… j’ai mal… vraiment mal… Mon juge me conseille d’arrêter, que ça ne vaut pas la peine de m’empirer pour un classement.. moi, je ne veux pas. Ça me prendra 1h s’il le faut, je vais prendre mon temps, contrôler ma descente pour ne pas me faire plus mal et j’ira 1 par 1 je m’en fou. Je. Veux. Le. Finir.
Le 18-15-12 ont été extrêmement difficile, physiquement oui, mais mentalement, c’était la mort… 1 sur 2 je me disais arrête t’as mal… et l’autre je me traitais de lâche de même penser abandonner rendu là. 
Rendue à la série de 9, j’avais les pieds engourdis comme si soudainement mes souliers étaient trop petits, mais 9 y’a rien là 9.. après avoir tout fait ce que j’ai fait. Je me donnais 2 par 2 le plus possible je ne pouvais plus penser à autre chose que finir, je voulais finir.
6.. Je lève la barre et tombe… ça n’allait pas du tout… Mais je devais me ressaisir. J’ai eu une poussé d’adrénaline, mon mental était rendu plus fort que tout, sans trop comprendre d’où ça venait, j’étais endolori mais plus forte que jamais j’en ai fait 4 de suite… pendant un instant j’ai même penser les faire les 6 d’un coup.. mais j’étais trop fatiguée, je ne pouvais juste pas.
3, non mais franchement 3 c’est tellement court, pu le temps d’arrêter, les yeux déjà pleins d’eau, de douleur, de fierté et de manque de souffle… Chaque fois que je faisais mon squat je voulais mourir et encore plus quand je levais la barre… les 3 burpees ont été sur le pilote automatique…
J’ai fini… je l’ai fait… je… n’ai… pas lâché. Wow.
26 minutes 59 secondes qui m’ont paru comme étant 4heures et demi de torture et de souffrance.
Ce n’est vraiment pas un « bon temps » mais c’est MON temps. Le temps que j’ai pu donné dans les conditions que j’avais à ce moment-là. Je me suis prouvée que mon mental était plus fort, que je pouvais le faire. Oui j’ai eu mal, mais je l’ai fait intelligemment pour ne pas lâcher, mais ne pas me blesser plus que je l’étais.
Je suis fière de moi. Maintenant, les Open sont terminés, je mérite mon 2 semaines de repos pour repartir de plus bel par la suite. J’ai déjà hâte… Je suis plus motivée que jamais… ma prochaine année sera remplie de hauts et de bas, d’améliorations et de frustrations mais surtout de passion.
J’espère que vous continuerez à me lire, parce que l’aventure ne se termine pas ici… pas pour moi en tout cas !
Les courageux qui veuillent voir ma performance (c’est très long..), le lien est ci-bas

À bientôt
Andy
Compétition

14.4 … désolé mon langage mais What the fuck… Regarder ce workout sur papier semble « facile » les éléments sont des exercices de base du Crossfit mise à part les muscle-ups… mais quand nous le regardons de plus près et que nous faisons attention à quels muscles sont utilisés et combien de répétitions doivent être exécuté, ce workout est hardcore pour une athlète dans la moyenne… donc débutant/intermédiaire.
Quand j’ai regardé l’annonce du workout… j’ai pleuré.. non je vous jure, j’ai littéralement pleuré… ceux qui me connaisse se disent que c’est normal je suis de type émotive.. mais non vous ne comprenez pas la douleur que j’ai ressenti quand je me suis rendue compte que les muscle-ups étaient si loin dans le workout et que je suis retournée dans le temps en me voyant vraiment me donner corps et âme depuis septembre pour en enchaîner plusieurs et ainsi me donner une chance de me démarquer dans le workout qui compterait les dit muscle-ups. J’étais désemparée…
Permettez-moi de faire l’analyse des éléments mis dans ma vie à moi… la fille de 5 pieds 2 avec environ 7 mois d’expérience en Crossfit.
1- 60 calories de Rameur. Je suis petite et je n’ai pas une force surhumaine par rapport à ma grandeur. Juste ça, ça me prend environ 4 minutes.
2- 50 Toes-to-bar. Je ne sais pas pourquoi, mais je n’ai jamais compris le mouvement pour les enchaîner un derrière l’autre, je me met à me balancer d’un bord à l’autre sans même toucher la barre du bout des pieds, mais 1 par 1, ça va. Donc, imaginez-vous que je devais me re-stabiliser entre chacun. 50 fois. C’est long, environ 6 minutes. DONC, je suis rendue à 10 minutes… il me reste environ 4 minutes pour faire tout le reste.
3- 40 wall balls lancé à 9 pieds avec un ballon de 14 lbs. Ça, en théorie ça va bien, j’aurais dû le faire 2 x 20 répétitions et le tour est joué. Ce qu’on ne pense pas quand nous sommes à notre première expérience de compétition est l’accumulation de fatigue dans les muscles. J’ai les avant-bras, le dedans des mains, les abdos et les lattes en feu. J’avais vraiment de la difficulté à en enfiler plus que 1 ou 2 de la fois. J’en ai fait 39…. ok vraiment? Là, j’aurais dû prendre mon mal en patience un peu et endurer le mal pour les finir et me rendre aux Cleans. C’est à cette étape que je suis déçue de moi. J’ai mal réagis à la douleur… J’apprends… je ne pense pas que je referais la même erreur 2 fois.
Allons y théoriquement/hypothétiquement pour la suite.
4- 30 Cleans à 95 lbs. Miraculeusement, je me rends, wow bravo à moi (je me fais un High-Five). Mon PR est à 105 lbs. Quand je suis fraîche comme une rose, après un mini warm-up, je peux faire 5×5 Cleans à 95lbs. Donc dans ce cas-ci, si j’ai de la chance je peux faire 5 Cleans après tout l’accumulation des exercices précédents… Si j’ai le temps illimité, je ferme ma gueule et je les fait les 30… ou pas.. Je ne sais pas.
5- 20 Muscle-ups. En théorie, je le faisais dans mon entraînement 5×4 Muscle-ups avec 5×10 handstand push-ups. Mais avec tout l’accumulation des exercices avant, il n’y a aucune chance que j’aurais pu même lever 1 fois. L’an prochain peut-être.
Ce que 14.4 m’a apporté, comme je le mentionnais sur ma page Facebook : Mal aux pectoraux, aux abdominaux, aux jambes et dans le dedans des mains. Outre ça ? J’ai compris que je dois retourner à la base. À quoi ça me sert de faire 20 Muscle-ups s’ils sont après une tonne d’exercices que je ne maîtrise pas ? Attention 2015, les Toes-to-bars, je vais les faire et facilement. Je dois m’attaquer à mes faiblesses avant de gravir les échelons.
Je ne pensais sérieusement pas apprendre autant en faisant cette compétition. Il ne reste qu’une semaine et nous n’avons pas vu aucun Thrusters, Burpees, Push Press ou Jerk. À quoi on s’attend ? Moi je m’attends à être surprise. Je ne crois pas que Castro fera un duo « facile » ou « prévisible » comme Thruster et Burpees. Il ajoutera une note salée pour encore plus prouver qu’on doit être excellent pour être aux régionaux. Pourquoi pas des Handstands push-ups? Ça ferait mon affaire en tout cas!
Jeudi 20h, j’ai un rendez-vous avec l’annonce du dernier workout de ma première compétition.
J’ai hâte.
Si vous voulez voir ma vidéo malgré quelle coupe après 11 minutes le lien est ci-bas !

Andy

Compétition

Wow. Ce workout. C’est fou comme quelque chose vu de l’extérieur peut paraître facile ou difficile, mais  tu ne peux pas le savoir que lorsque c’est toi qui est derrière la barre et qui doit la lever.

Crédit Crossfit Games
Petite mise en situation. Mon PR, que j’ai réussis soit dit en passant il y a 2 semaines de ça est de 215 LB au Deadlift. Ça, c’est le poids que j’ai réussis à lever 1 fois. Je mesure 5’3 » et je pèse 125 LB. Moi, je pensais que c’était VRAIMENT bon. Oui ce l’est si tu regardes le nombre de mois que je pratique le sport et qu’en septembre je faisais appeine 5 répétitions à 125 LB (et j’étais vraiment fière…)
Quand tu mets ensuite ce chiffre en perspective d’athlète de crossfit et que tu vois que la moyenne des femmes lèvent 250 LB et je parle pas des athlètes pro qu’on voit à la TV. Qui elles lèvent 400 LB…
Donc, quand j’ai vu le workout sortir et que les commentateurs disent que c’est le genre de chose qu’on voit plus particulièrement aux régionaux habituellement, je me suis mise à penser que c’était une fois de plus un entraînement qui va séparer clairement les tops athlètes, des athlètes de niveau débutant/intermédiaire. 
Après le visonnement de Pichelli et Tavor performant le 14.3 et les voyant avoir vraiment plus de difficulté déjà rendues aux deadlifts de 185-205 LB, jai mis mes chiffres en perspective et je me suis dit; Si je me rend aux deadlifts de 185 LB, je vais être VRAIMENT heureuse. Ça donne quand même 90 reps dont 45 deadlifts. Je m’étais fixée un objectif réalisable considérant mon évolution.
Samedi, Crossfit St-Hubert, je prépare mes poids pour perdre le moins de temps possible, place ma bouteille d’eau et ma ceinture, si je vois que mon dos flanche. Le décompte 3, 2, 1, GO ! 10 deadlifts x 95 LB va bien, j’ai un bon rythme, je m’attaque aux box jumps avec intelligence… Je choisi de faire des step-ups. Samedi dernier je me suis étiré un muscle dans l’aine… Je voulais pas l’empirer et en plus, ça sauvait mes jambes et mon cardio! 
Pendant la première série j’ai eu un égarement, j’avais l’impression que c’était 10 box jumps que je devais faire… oups… je continue 5 de plus avec une petite perte de temps… 15 deadlifts x 135 LB ça va. 20 x 155 LB Je commence à les trouver difficile je met ma ceinture. Pire erreur du monde. Je perds du temps, j’arrive pas à la mettre assez serré, j’essaye de l’arranger grrr…. Pendant mes box jumps je la lousse me préparant à la serrer pour les prochains deadlifts. Arrive au 185 LB. OUF… c’est lourd ça après autant de deadlift… et c’est juste 30 LB plus léger que mon record personnel d’1 répétition. Serre ma ceinture, le lève AHHHHHHH, lâche la barre. Ma ceinture… est … trop… serrée… Tente de relevé la barre, 2 reprises rien à faire ouf.. Je marche, essaye d’enlever ma ceinture… est-ce que je vous ai dit que c’était la pire idée de mettre ma ceinture ? Je fini par réussi 4 autres répétitions, sans la ceinture… en forçant un peu mal, j’ai perdu la technique, ça levait juste pas…
Au final 95 reps. WOW Je suis VRAIMENT fière, j’ai tout donné. Si je n’avais pas eu quelques bad luck je ne pense pas que j’aurais pu faire beaucoup plus de répétition. J’arrive chez moi, entre mon score pour me voir sur le leaderboard… ok, je suis vraiment loin… C’est fou comment j’ai appris quelque chose de différent avec ce workout-là. 
1- La force des jambes des athlètes de crossfit est vraiment très grande. Il faut que j’améliore mon PR de deadlift
2- La fierté et satisfaction est relative à toi seulement. Je suis vraiment fière pour la première fois sur les 3 semaines et c’est surement mon score le plus bas. La semaine dernière j’ai été super déçue parce que je sais que je peux faire beaucoup mieux et pourtant je me suis bien classée quand même.
3- La seule chose que tu contrôles c’est toi. TA performance, TON attitude, TES ambitions.
Après 3 semaines, je suis looooin du classement que je m’étais donnée comme objectif (très utopique basé sur l’an dernier). Chaque semaine, j’apprends sur moi-même et surtout j’aime encore plus mon sport. Je me retrouve chaque samedi avec des athlètes de niveaux différents, mais avec chacun un but commun; se surpasser. C’est vraiment une histoire de communauté et de famille le crossfit. Mon expérience ne serait pas la même si j’étais seule dans mon garage à me filmer pour participer.
Le Crossfit St-Hubert est génial, une belle famille, les propriétaires vraiment gentils et accessibles et les athlètes autant ceux qui vise les régionaux que ceux qui compétitionne pour la première fois comme moi sont humains, gentils sans arrogances ni préjugés parce que je viens de  »L’extérieur » de la boîte. Je suis comme eux, une fan du crossfit qui pratique le sport qui me fait vibrer.
Voilà, maintenant le lien pour la vidéo que j’ai déjà mis sur ma page facebook (Je vous invite à  »L’aimer » si ce n’est pas déjà fait 🙂

Bonne journée… on se rejase pour le 14.4 !!
Andy