Crossfit momDay to life

Ok. 5 mois postpartum. Il y a des jours où je me dis «fuck it». J’ai un enfant qui dort pas #meleverauxheurestoutelanuit j’ai toutes les raisons du monde de ne pas aller au gym. Juste m’occuper à temps pleins de ce petit être humain, c’est du sport t’sais ! Il y a des jours que oui, c’est assez et je succombe à la tentation de rester collée avec mon bébé, à jouer, le chatouiller et rire au lieu de me préparer en vitesse et aller au gym. C’est nor-mal. Par contre, j’ai choisi d’être en forme. Oui, j’ai fait le choix d’être en forme.

fitmom
3 mois post-partum

Avant d’avoir un enfant et même d’avoir dans l’idée de fonder ma famille, je me rappelle dire aux gens que moi, lorsque j’aurai mes enfants, je ne vais pas arrêter de m’entraîner. Chaque fois, les gens (des non-CrossFiteux) riaient, en disant: Ahhhhh tu vas voir, avoir des enfants ça change une vie, t’auras pu le temps ni l’énergie et blah-blah-blah…

C’est toujours «facile» d’avoir des excuses pour ne pas s’entraîner ou pratiquer un sport qu’on aime… c’est aussi «facile» de commander une Pizza au lieu de se faire un repas santé… Surtout quand tu as des enfants… Pourtant, quoi de mieux, pour ses enfants, que de leur offrir des repas santé et de montrer, par l’exemple, l’importance de l’activité physique ? J’ai donc fait le choix d’être une «fitmom» et par le fait même être une «fitfamily».

Depuis 6 semaines postpartum, je suis de retour au gym avec l’objectif réaliste d’y aller 3 fois par semaine. Parce que oui, avec un enfant, c’est pas toujours facile. Parce que oui, y aller tous les jours ou même 5 fois par semaine ce n’est pas réaliste, pour moi. Donc, 3 fois par semaine au gym en plus de marcher minimum 2 à 3 fois entre 3 et 5 km avec la poussette et papa. J’y vais selon l’horaire de siestes de mon fils et j’en profite donc pour lui faire connaitre et apprécier l’environnement du gym, ça commence jeune, t’sais. haha !

IMG_3877

En plus de ça, nous cuisinons. En mangeant à 75% paléo, en mangeant beaucoup de légumes, des fruits et des viandes de qualité. Le moins possible de take out. Parce que oui, ça arrive #onesthumain.
Je crois qu’en faisant ces choix-là tôt* après la grossesse, c’est une bonne façon d’avoir un équilibre dans sa nouvelle vie de mère. Ça fait du bien physiquement, mais surtout mentalement.

*Toujours attendre le «Go» de son médecin avant de reprendre ses activités sportives suite à un accouchement.

Quand on y pense, il n’y a pas beaucoup de parents qui n’écoutent pas de télé-séries (mon chum et moi comprit), qui ne vont pas au resto, qui ne font pas d’autres activités x plus «adultes» comme des [email protected] entre collègues de travail. Si on «choisit» de faire de la place pour ça, pourquoi, dans une journée de 24h, il n’y aurait pas de place pour le sport ? C’est simplement une réflexion 😉

CrossfitCrossfit momDay to lifeMotivation

Ça y est, la grossesse est derrière moi depuis maintenant 2 mois. Pendant que mon petit poulet dort, je peux vous raconter la dernière partie de ma grossesse.

J’ai été du type choyée pas mal tout le long de ma grossesse. Pas de complication, top shape comme on dit. J’ai même fait un entraînement la journée de ma date prévue d’accouchement. Je me sentais bien alors pourquoi pas ? J’ai fait des pull-ups en série de 5 jusqu’à la toute fin et j’ai continué avec les wods réguliers avec seulement quelques petits changements à cause de ma bédaine qui prenait trop de place.

Somme toute, je suis bien contente du parcours que j’ai eu. Je me suis écoutée jusqu’au dernier jour.

IMG_2721

Le wod 16.5 annoncé et mon copain étant sur le point de terminer la saison des Open, je me suis dit: Ok, mon corps attend la fin des Open pour… accoucher. Date prévue d’accouchement, 25 mars 2016, un vendredi, mon chum fait son wod. Ouf, parfait, on est prêts maintenant…. La nuit passe, rien ne se passe. Lendemain matin, on décide alors d’aller encourager nos amis du gym pour leur dernier wod ! En quittant le gym, j’avais un pressentiment. Je ne retournerais plus au gym avant d’avoir mon bébé. Alors, après le brunch classique post-wod, je dis bye à tous les gens en disant, c’est la dernière fois que vous me voyez avec une bédaine.

La nuit de samedi, comme si je le savais, j’ai creuvé mes eaux… Le plus gros wod de ma vie commençait à 2h du matin le 27 avril 2016.

Comme dans la vie on ne peut pas tout contrôler, sans détails, j’ai été 18h sans épidurale. Le plus gros tabata jamais vu. 1:30 d’effort, 30sec de repos. Finalement après plusieurs complications, j’ai fini mon aventure en césarienne le 28 mars 2016 à 10:26. 32h de travail après quoi j’aurais du crier TIME et recevoir mon prix, mon bébé.

IMG_2727

Sans blague, pour cette dernière étape, de la grossesse, je crois sincèrement que le CrossFit m’a aidé au niveau du mental. Quand rien ne se passe comme prévu, que le bébé ne fait pas le chemin qu’il devrait faire, que chaque fois qu’une infirmière fait une vérification, tu as de super grosses contractions, mais pas d’avancement, le mental, comment bien gérer la souffrance, aller chercher la force dans le «dark place» pour 18h… quand tout semble s’écrouler, mais que tu te dis, non, ça va aller on continue…

Aussi, après 32h, quand le médecin te demande : Est-ce qu’on va le chercher ton bébé ? C’est savoir trouver l’humilité de dire, j’ai tout donné et c’est maintenant le temps de voir mon fils.

Convalescence plus longue… Arrêt total pour 6 semaines avec seulement le droit de lever mon bébé, rien de plus. J’ai pris des marches… beaucoup de marches, qui après 20 minutes me faisaient mal.

IMG_3055

Je suis maintenant à 2 mois post-partum, le poids de la grossesse est tout parti, mais le tonus n’est pas revenu encore. La semaine dernière, j’ai fait mon premier petit training d’intervalle de jogging/marche. Le plus long 3 km de ma vie, haha. Pour finir avec une cinquantaine de push-up et des exercices de cuisses. Depuis, je suis retournée 4 fois au gym et je suis bien contente de recommencer tranquillement les wods.

Pas le droit d’haltérophilie ou d’abdos pour encore quelques semaines, mais je reviens peu à peu, avec un mental encore plus fort et la capacité de contrôler mon «dark place» comme jamais au par avant.

Prochaine étape… Être une mère qui fait du CrossFit 😉

Crossfit momDay to life

Ça y est. 3e trimestre très avancé. Avec moins de 5 semaines avant ma DPA (Date prévue d’accouchement), on peut dire que je suis dans la dernière ligne droite. Il ne me reste qu’une semaine de travail avant de «quitter» pour 1 an et préparer l’arrivée tant attendue de bébé.

Devinez quoi ? Je fais encore du CrossFit. Non je n’y vais plus le soir après ma journée de travail, je suis trop brûlée et ça me tire de partout, mais j’y vais tout de même chaque week-end et j’ai bien l’intention d’y aller plus régulièrement quand mon congé sera officiel !!

En plus, on va se le dire, on arrive d10574648_10154680319417699_668120147_oans la période de l’année que dans les boîtes de CrossFit on sent l’effervescence et l’appréhension avec l’arrivée des Opens ce jeudi. Non, je n’irai pas pousser ma luck à participer, surtout que biiiinnnn «théoriquement» je peux accoucher avant la fin des 5 semaines des Opens. Par contre, vous me verrez scotchée devant mon écran lors des annonces et je vais avoir le plaisir de compter les reps et les no-reps de mon entourage au gym mouhahahaha.

Les faits que j’ai noté qui prouve que, dans mon cas, continuer le CrossFit était bénéfique à ma grossesse.

1- Je fais encore des pull-ups à coup de 5 reps : YEAH !

Le fait de rester active pendant la grossesse, je suis encore «forte» même si je prends du poids. Imaginez-vous dès demain faire tout vos wods avec une vestes de 20-25 lb. Haha…

2- Continuer à faire du CrossFit (avec autorisation de mon médecin), à aider beaucoup physiquement.

La grossesse, c’est pas toujours facile. Il y a beaucoup de maux associés et plusieurs d’entre-eux, je m’en suis sauvé grâce au CrossFit et à mes bonnes habitudes alimentaires #pasdenausées #pasdenerfsciatiquebloqué #pasderétentiondeau

3- … et moralement.

Savoir que tu n’es pas juste un béluga échoué et que tu restes en contrôle de ton corps qui change, c’est enpowering en quelque sorte. Je ne sais pas si vous pouvez comprendre la satisfaction qu’on peut avoir quand on se fait dire : Quoi tu es encore capable de faire telle ou telle chose même enceinte ? Tout ne se rapporte pas au CrossFit, mais le CrossFit m’aide. Point final.

4- Aide à la préparation à l’accouchement

Bon… je ne vais pas trop entrer dans les détails MAIS rester en forme garde tes muscles en shape et tes muscles vont t’aider à mettre au monde ton petit trésor. Aussi, la dureté du mental. Quand tu fais du CrossFit, (surtout quand tu fais de la compétition comme je faisais) ça t’aide à aller dans la dark place, alors tu peux être plus forte mentalement lors des plus difficiles contractions. (Celle partie reste théorique selon ce que mon médecin m’a dit, j’ai pas accouché encore t’sais!)

5- (Potentiellement) Meilleure récupération post-partum

Quand tu fais du CrossFit pendant, que tu te gardes en forme et que tu manges bien, c’est juste une cause à effet. Le fait que tu ne prends pas plus de poids que tu devrais et que ta fibre musculaire reste stimulée, tu mets tout à ton avantage pour remontrer la pente plus rapidement post-partum. (Je vous tiendrai au courant si ça été mon cas)12716354_817463695049954_4157099234187868059_o

Fac en gros, continuer à faire du CrossFit jusqu’à la fin, avec l’autorisation de mon médecin, c’est le plus beau cadeau que je n’aurais pas pu me faire durant la grossesse. Que des avantages, vraiment.

Sur ce Bon Open tout le monde !!!

Crossfit momDay to life

Les frustrations de CrossFitter enceinte, selon moi.

Le moment où dans tes livres de grossesse tu lis que tu es dans le plus haut de ta forme et que tu glow. QUEL GLOW ? Je suis rabat-joie par moment, mais entant que femme enceinte qui fait du CrossFit,  il y a plusieurs frustrations reliées au sport, à ta condition et à tous les aléas de la vie que tu ne vois pas mentionné dans les livres…

via GIPHY

Je suis présentement au milieu de mon 2e trimestre, le jour de Noël pour moi représente l’arrivée dans le monde mythique du 3e trimestre. (Pour votre info) Bon. Pour ceux et celles qui me disent depuis un moment, vous savez que depuis 2 ans environ je m’entraîne au niveau compétition et que la dernière année pour moi était marquée par une tonne de compétitions. Ce que j’aime du CrossFit, c’est l’intensité, l’haltérophilie LOURD, la gymnastique complexe avec les Muscle-ups, Handstand walk et Handstand push-up…

Dès mon deuxième rendez-vous médical de suivi de grossesse, mon médecin m’a appris que je faisais de la basse pression. Donc, je deviens étourdie plus rapidement, mettre ma tête par en bas plus de 3 secondes, on oublie ça, juste pour mentionner une chose.

En plus, lors de la grossesse, il est préconisé de faire du sport, mais il faut garder en tête que nous devrions être capable d’avoir une conversation fluide d’au moins 2 phrases en même temps. As-tu déjà essayé ça toé jaser en faisant FRAN ? Bonne…. blague. Faaaaaaaaaaac l’intensité, on la met de côté aussi.

À partir de 20 semaines et plus, en général tu as une bédaine proéminente, donc l’haltéro (clean/snatch) très moyen. Jusqu’à maintenant j’ai réussis à m’en sortir quand même en partant en hang position, mais quand tes cleans commencent à ressembler à des curls pour contourner ton ventre… gneh. pas idéal non plus. Allo les dumbells…

 

via GIPHY

Alors, je suis rendue à un stade que je dois combattre avec mon orgueil, mais aussi ma motivation pour me rendre au gym parce que je dois tous couper ce que j’aime de mon sport. Oui, je continue à bouger, c’est génial, mais quand le skill au tableau, tu ne peux pas le faire et que tu dois changer la moitié des mouvements du wod sans parler de scaler ta vie, bah, c’est dure sur le moral. Sur le moral d’une femme enceinte, qui a déjà les hormones dans le tapis et qui pleure ou qui ris ou même les deux en même temps et ne sait pas pourquoi.

Tout ça, sans compter que peut-être ta job te tire plus de jus que dans l’temps où tu en faisais plus et tu étais top shape pareil… Il faut le réaliser un jour ou l’autre que lors de la grossesse, ton bébé te tire du jus, tes émotions/stress t’en tire aussi beaucoup plus qu’à la normale alors, même si pré-grossesse tu étais une fille qui allait religieusement au gym 5-6 fois par semaine pour 2h par jour avec ou sans rush à la job, il est fort possible que tu ressentes une baisse d’énergie et de motivation. Que pour ta nouvelle réalité, y aller 2 fois par semaine est déjà bien assez.

Oui, il faut rester active. C’est prouver que c’est mieux pour toi et le bébé, par contre, si être assidue au gym est plus dure, ne soit pas trop dure sur toi-même. Marche pour aller au boulot au lieu de prendre le bus, prends les escaliers au lieu de l’ascenseur, lève-toi de ta chaise au moins une fois par heure et si, comme moi, tu travailles dans un gros building, vas pas aux toilettes les plus proches… c’est déjà ça ! Continue de manger le plus santé possible et prends bien soins de toi et bébé, dors suffisamment et bois beaucoup d’eau ! Pas pire ça ?

 

via GIPHY

Day to lifeNon classé

Avouons –le, on aime le CrossFit pour le challenge, le défi, mais aussi pour toutes ces personnes qui souffrent avec nous, qui deviennent nos amis, notre famille.  Mais quelle folle idée de partir seule, faire du Crossfit, dans des box américains, sans compatriotes??

Et bien, tout a commencé lors d’une fin de semaine en mai, alors que je jugeais aux East Regionals, tenus à Hartford, Connecticut.  Faisant partie des 5-6 juges qui parlaient français, j’étais par contre la seule fille qui pouvait communiquer en anglais.  Bien sûr, une telle fin de semaine crée des liens d’amitié.  Alors que j’attendais ma réponse pour savoir si j’allais juger à Carson (aux GAMES!) ou non, un autre juge des Regionals m’invitait à la première compétition organisée à son box.  Le dilemme fût rapidement réglé, n’ayant pas été retenue pour les Games, alors voilà! Je prendrais mes vacances à Montoursville, Pennsylvanie pour « The summer’s fittest » au Crossfit Tried and True.

Vero Road Trip 2

Inscrite dans la division RX, je n’avais aucune idée du niveau de la catégorie.  J’ai fait des compétitions au Québec, je connais relativement ma situation ici face aux autres filles, mais là-bas, quel est le niveau? Oui les filles sont fortes mais celles que l’on connait sont celles qui se qualifient pour les Regionals… mais les autres??  Les wods étant sortis d’avance, je savais que je pouvais m’y préparer.

Mais tant qu’à aller compétitionner en Pennsylvanie, pourquoi ne pas aller découvrir d’autres box de Crossfit? J’avais déjà des idées de gyms à visiter, mais est-ce que ce serait faisable avec la route? Et bien, construisons l’itinéraire.  Pennsylvanie-Connecticut…faisable, Connecticut-Massachussets, oui c’est bon…et pourquoi pas un dernier avant le retour.  Voilà!! Réservons hôtel, motel, camping!! Mon passeport est valide; Super!  Il faut maintenant faire la liste de ce que j’ai besoin.  En priorité, c’est ce que je mets dans mon sac de gym!! Nanos, camisoles, top, speedrope, lifters, ceinture, shorts…..en 5-6 exemplaires de chaque morceau de vêtements.  Maintenant, l’autre valise, les accessoires, les suppléments, oreiller..etc…Bon okay, une glacière bien pleine de bouffe pour la route, question d’économiser dans les hamburgers gras américains!!!!  Tout est prêt, et le matin est venu: Au revoir…!!!

Direction Montoursville Pennsylvanie 29 août, 7hAM

Prévision : 705km à faire, temps total : 9h de route (incluant les pauses-pipi!!)

Dimanche 30 août 2015 : The summer’s fittest, 1st Edition

Vient d’abord les novices (catégorie plus léger que scale) et les scale, et finalement les RX, les femmes d’abord…et durant ma vague, la première RX, j’entends les poids…115-125-130-145…Aie aie aie, ça va être une dure journée!!

Rappelez-vous que je suis seule au monde ici, pas de partenaires habituels, pas personne qui parle français, loin de mon box, de mes amis.  Une chance qu’un deuxième juge des Régionaux participait en tant que juge!!  Fait à noter, le meilleur snatch des gars RX a été de 275lbs.

Probablement le moment fort de ma journée, Event 3. 21-15-9 :
HSPU / Power clean (135/85-165/105-185/125) / T2B

Un workout que j’ai mené tout au long, et d’entendre l’animateur lancer un «  Véronique from Canada is starting her first set of Power cleans after 30 seconds »; quelle réaction des américains!!  Dès lors, je suis devenue l’attraction de la journée! Je ne sais plus combien de personnes sont venus me féliciter.

Les muscle-ups étant une faiblesse, ils m’ont gardé hors du podium, malgré l’égalité dans les points avec la 3e place.  J’ai terminé les mains en sang, avec des bouts de peau manquants…et vous savez cette sensation de mains qui brûlent!!!  Mais quelle expérience. Une journée et j’étais devenue l’une des leurs; je n’étais plus seule au monde!

Vero Road Trip 3Dodo avant un autre bout de chemin le lendemain matin en direction du gym de la 2e équipe la plus fit au monde.

Lundi 31 août 2015: Milford Connecticut :208km, 2h30min, Crossfit Milford.

J’arrive enfin! Accueillie rapidement par le propriétaire (maudit traffic au Connecticut), Jayson Leydon, il me présente au coach en place.  25$ pour un t-shirt et drop-in inclus!  Le cours commence à peine, backsquat lourd à aller chercher.  Ensuite, un ptit wod avec thrusters et burpees, (ouf merci pour les mains)!  Jayson vient ensuite me voir : « Take it easy.  I will come back in 20 minutes.  Make yourself at home, workout, barbells, rings.. No rush, it’s a pleasure to have you here! »  Wow! Quel coaching j’ai eu, et quel accueil!  Je pratiquais mon handstand walk, quand Jayson est venu me voir, a pris 20 minutes de son temps d’entraînement pour m’expliquer le handstand walk et me donner quelques exercices à faire pour pratiquer…et ce, en plus de toutes les fois qu’il est venu me voir, entre ses séries, pour me corriger durant les exercices!! J’ai vraiment trippé sur les gens à cet endroit!!

West Haven, Connecticut : 10km, 20min Dodo

Coup de cœur de ma route.  J’ai choisi cet endroit au hasard pour y dormir, parce que c’était pas très loin et pas cher.  À 10 minutes d’une super plage près de l’océan, c’était magnifique!! Petites allées de maisons de ville parfois blanches, bleues pâle, jaunes pâle, c’était tout simplement magnifique!  Belle promenade avec quelques restaurants de fruits de mer, je devrais dire de fritures de fruits de mer.

Mardi 1er septembre 2015: Natick, Massachussets : 200km, 2h30min, Crossfit New England

Vero Road Trip 7Épique gym de Crossfit du reconnu Coach Ben Bergeron, j’avais très hâte d’y arriver.  Cours de 16h30 bien rempli, je suis accueillie encore une fois comme une vieille amie que ça fait longtemps que l’on a pas vue!!  Il y avait au programme Chelsea, benchmark classique de crossfit : EMOM 30 minutes de 5pullups, 10 pushups, 15 airsquats. Mais avant tout, un bon 20 minutes de warmup, dont 10 minutes passées sur le squat, mouvement de base, mais tellement trop souvent mal exécuté.  Et bien, allons-y RX… euh je suis la seule qui le tente RX… Ouch! Les autres adaptent les reps et les mouvements à leur niveau, pas besoin de vous dire que j’ai rouvert mes mains. Que de plaisir avec cette gang, tous très contents de me rencontrer, me posant énormément de questions sur mon voyage et trajet, et comme ils me trouvaient courageux de voyager seule!! Ah oui?

Littleton, Massachussets : 40km, 45min Dodo en camping

Faut se le dire, voyager seul, ça coûte cher, pour le logement et l’essence.  J’ai alors décidé de faire du camping, et j’ai trouvé ce site..qui offrait aussi des cabines en bois ronds, pour 20$ de plus qu’un terrain pour tente.  Et bien, la réflexion fût courte pour éviter le montage de tente, dormir à terre, je me paies la cabine en bois rond…qui est grand comme une chambre à coucher! C’est parfait!  Pas besoin de dormir parmi les bibittes!!!

Mercredi 2 septembre 2015 : Rest day à Boston

Vero Road Trip 8

Jeudi 3 septembre 2015 : Wiliston, Vermont, 330km, 3h30min Champlain Valley Crossfit

Je reprends la route pour le Champlain Valley Crossfit en banlieue de Burlington au Vermont.  Nul besoin de dire que, en tant que fille, j’ai croisé mes doigts pour croiser Matt Fraser…mais en vain il n’y était pas!  Dani Horan y a été présente pour une courte période de temps pendant ma présence au gym. Encore une fois ici, j’ai été accueuillie par les membres comme l’une des leurs.  Le coach a remarqué la différence de niveau que j’avais avec les autres et m’a même invitée à une compétition en décembre… avec des athlètes de niveau régional!!  Pour celle-là, je vais y penser… Je suis peut-être forte, mais pas rendue là!!!

Après un peu de stretching, plus de 1h45min de route, 150km à faire pour revenir à la maison, mon gym à moi!!!

En chiffres :

4 box, 1 compé, 2000km, 25 heures de route, 5 ampoules, 8 wods, 3,5 tank d’essence, 1 PR, 6 états américains (New York, Pennsylvanie, Connecticut, Massachussets, Hew Hampshire, Vermont), et tellement trop de chansons chantées à tue-tête dans l’auto!

Je retire une super expérience de ce roadtrip.  Voyager seule m’a permis de me remettre en question et de remettre tout en perspective au niveau personnel.  Au niveau crossfit, j’ai beaucoup appris en tant qu’athlète en compétitionnant seule et loin de chez moi, dans un autre pays. En tant que coach, il est clair que j’ai appris beaucoup et pris des notes sur différentes façons de présenter.  Et bien sûr, j’ai été très attentive à Milford afin de ramener plein de trucs pour l’équipe de mon gym… afin d’appendre de la 2e fittest team of the world!  Secret que je garderai bien sur!

Mais ce que j’ai trouvé le plus extraordinaire, c’était de réaliser à quel point la communauté Crossfit est grande.  Le mot « communauté » ne s’applique pas seulement à son gym, ni sa région géographique, ni sa région aux Open, mais bien à l’internationale.  Tu es un athlète Crossfit, tu es chez toi dans n’importe quel gym, peu importe où dans le monde, et c’est extraordinaire de partager un workout avec des gens, inconnus, mais qui partagent la même passion, mais aussi le même objectif, soit d’être le plus « fit » possible et d’optimiser sa santé!  Le Crossfit a cette magnifique qualité que peu de sports peuvent se vanter, soit de créer des liens d’amitié dans l’adversité, et d’avoir comme plus grand fan, ton adversaire le plus féroce…qu’il soit de ton gym quotidien, ou lors d’une compétition locale ou internationale!

Day to life

C’est pas un sujet 100% crossfit, je le concède, mais j’ai espoir de toucher le cœur d’une bonne quantité de gens. Car en tant que crossfitteur respectable, tout le monde sait que lifter beaucoup égal manger beaucoup. C’est donc presque une certitude qu’au moins 50 à 60% des lecteurs de WodTaVie qui sont abonnés au Costco. Il était alors nécessaire de dédier un article entier pour glorifier cette activité hebdomadaire dont tout le monde raffole. Y a des études qui ont étés faites sur le temps qu’une personne pouvait passer sur le bol de toilette dans sa vie (1 an et demi en fait) mais ça serait intéressant de se pencher sur la question du temps de l’épicerie. Surtout si on va au Costco. Un samedi après-midi.

Trêve de plaisanteries, c’est pas pour me vanter mais je me considère comme une personne ayant une expérience appréciable en la matière. Alors, dans un élan de générosité à peine contenu, je me décide à partager un « Costco For Dummies » de mon crû, acquiérit à la sueur de mon front, de centaines de dollars déboursés (parce le montant mensuel dépensé dans la bouffe pourrait me permettre d’avoir une maison à trois étages sur le chemin St-Louis) et d’une collection d’une dizaine de grafignes sur les portes du char. J’ai beaucoup reçu dans la vie alors c’est maintenant le temps pour moi de donner. Je sais que vous avez tous un petit côté compétitif alors sans plus attendre voici donc… mon plan de match pour survivre au Costco.

Image 2CHOISIR SA JOURNÉE

Pour espérer faire un IN and OUT des plus efficaces, mieux vaut oublier tout ce qui se rapproche de la journée de la paye comme les jeudis et les vendredis soirs. Faut éviter aussi les samedis et les dimanches (pour des raisons évidentes, surtout s’il faut mauvais), les jours tels que : Noël, le Jour de l’An, Pâques, la fête des Mères, la fête des Pères, la Saint-Jean, la fête du Canada, la fête du Travail, l’Action de Grâces, la Saint-Valentin, les permiers du mois, le solstice d’été, le solstice d’hiver et les pleines lunes. Y nous reste une couple de mardis avant 15h où c’est encore acceptable.

Image 3SE PARKER

Une fois la journée déterminée, il faut s’arranger pour être parké pas trop loin de la porte mais aussi juste assez loin pour pas être pognés 15 minutes juste pour t’en retourner. C’est important aussi de savoir où sont les allées de piétons parce qu’y FAUT PAS se placer pour avoir à passer par là. Des plans pour effoirer matante Claudette ou pire encore, bosser notre aile avec son panier.

Image 4VISUALISER

Ne jamais sous-estimer le pouvoir de la visualisation. Comme pour tout objectif dans la vie, il est important d’écrire des buts clairs et précis sous forme de liste. Il faut être capable de voir et de ressentir l’énergie vibrer dans tout notre être et de savoir exactement quelles étapes y a à franchir pour y parvenir. « Est-ce que je vais chercher le pain en premier ou les œufs? » Connaître le terrain dans lequel on s’aventure est un atout non négligeable dans cette course contre la montre. Cet avantage pourra éventuellement nous permettre de déjouer mononcle Fernand dans un virage serré. (Est-ce que c’est juste moi qui se demande à quoi servent les maris avec un panier qui suivent derrière leurs femmes? À part bloquer tout le monde dans l’allée en les attendant parce qu’y ont aucune FUCKING idée d’où y s’en vont je veux dire?)

Image 5LA CAISSE

Elles sont soit toutes ouvertes mais la place est bondée, soit qu’il y a pas trop de monde mais qu’il y en a juste la moitié qui fonctionnent. C’est toujours un peu du pareil au même alors faut se faire une raison; y VA avoir une file à faire. Le seul conseil qui pourrait être utile c’est qu’habituellement, on croit qu’y a moins de monde aux caisses des extrémités (dans certains cas c’est effectivement vrai) mais il faut réaliser qu’ils placent leur employés les plus efficaces dans celles du centre… à vous de faire un roche-papier-ciseaux avec votre douce-moitié pour tenter de remédier à l’épineux problème. (En passant, est-ce que je suis la seule qui se fait un genre de Price is Right mental en essayant de deviner le montant de ma facture avant que la caissière me donne le total?)

Image 6LA VICTOIRE

Une fois l’épreuve terminée, on ne peut déclarer victoire qu’une fois le stock embarqué dans le coffre (ce qui peut être une épreuve en soi si on a pas amené son sac jumbo réutilisable – un investissement de 12.99$ qui en vaut largement la peine si vous voulez mon avis), qu’on est sorti du stationnement en moins de 23 minutes et qu’on a réussi à tout rentrer chez nous en UN voyage. Si c’est le cas, alors félicitations! Vous êtes sur le point de tout recommencer dans sept jours.

Crossfit momDay to life

Copyright image : Heather Bergeron

 

Il y a quelque temps j’ai écrit sur le fait d’être une femme et de faire du CrossFit, sur les deux types de réactions qu’on a en tant que femmes que les hommes n’ont pas. Si vous n’avez jamais lu cet article, c’est ici !

Après avoir annoncé que j’étais enceinte, j’ai eu droit à de drôle de réactions de mon entourage de non-crossfiter.

Ha ! Tu dois trouver ça plate de devoir arrêter de faire du CrossFit ?
J’espère que tu as arrêter de faire du CrossFit, c’est vraiment dangereux pour le bébé !
As-tu pensé subtituer le CrossFit par un sport plus raisonnable ?

En gros, les réactions étaient claires, les gens qui ne font pas de CrossFit pensent que je met mon bébé en danger en continuant mon sport. Je trouve intéressant d’aborder le sujet puisque même moi, surtout le premier trimestre, j’avais «peur» de trop en faire, de faire «décrocher» le bébé, de lui faire mal ou je sais pas trop quelle autre niaiserie ma tête de future mère me faisait accroire.

J’en ai donc parlé à mon médecin (non-crossfiteuse, soit dit en passant). Je lui ai fait un petit survol de mon état physique, de mon historique, du fait que ça fait 3 ans que je pratique ce sport et que dans les 2 dernières années j’y étais assez intense (2h/jour, 5-6x semaine) et que depuis ma grossesse, j’avais diminué à 2-3x semaine environ 1h.

Sa réaction : Tu as trop ralenti, ton corps est habitué à ça, tu peux en faire plus encore. (Mais fais attention à ça, ça, ça)

Donc, en gros, si tu n’as jamais fait de CrossFit, un coup enceinte, ce n’est pas vraiment le bon temps pour t’y mettre (un peu de jugement quand même ?) Par contre, si tu en fait depuis un certain temps, ton corps est habitué, tu ne devrais pas arrêter. C’est plus un choc pour ton corps d’arrêter que de continuer… Tu te sens bien ? Continue, tu te sens mal ? Diminue ou arrête.

Tu es maître de ton corps et de ta destinée… Ne te laisse pas découragée par les commentaires des gens qui ne s’y connaissent pas. Dis-toi que c’est juste un test de plus à passer pour être une meilleure mère. Connais ce qui est le meilleur pour toi, ta santé et je suis certaine que tu feras le bon choix. Les gens ont tendances à vouloir te dire comment tu devrais vivre enceinte et comment va se passer ton accouchement et surtout comment élever tes enfants, mais au bout de la ligne, c’est à toi que revient le choix. Tu peux les laisser t’écraser ou bien les laisser passer 6 pieds au-dessus de ta tête et continuer de bien faire ça !

En plus, il parait que plus tu es active pendant la grossesse et plus l’accouchement est facile et le post-partum, je dis ça demême, mais écoute-moi pas, je ne peux pas connaître ce que TU vis, mais bien seulement comment MOI je le vis 🙂

Crossfit momDay to life

Bon, le chat est sorti du sac, je suis enceinte et oui, la fille beaucoup trop intense dans le CrossFit qui fait full compétitions pis qui pense, parle, respire CrossFit est en-cein-te.

FullSizeRender

Je me suis dit que j’allais partir une nouvelle section sur notre site parce que 1- ça me tente et 2- comme moi, plusieurs se posent des questions dès qu’elles voient les deux petites barres roses apparaître sur le bâton.

Attention, je ne suis pas médecin, je n’ai pas la science infuse, mais je vais vous partager mon expérience pour les futures-mamans et les femmes qui prévoient tomber enceinte qui veuillent s’informer et même pour les hommes qui veuillent comprendre vraiment leur compagne.

Ce premier chapitre sera sur le premier trimestre. Le trimestre le plus nébuleux-imcompréhensible-fucké des trois, je pense….

0-2 semaines

Tu n’es pas encore enceinte. Ne commence pas à faire ta folle et diminuer l’entraînement, arrêter de boire, te coucher les jambes dans les airs orientées vers le sud, ça donne rien… Le décompte de grossesse commence le premier jour de tes dernières règles, donc les 2 premières semaines, tu ne l’es pas vraiment… vire pas folle et vis ta vie, parce que s’il ne «colle» pas du premier coup, tu vas trouver ta vie longue en tabarouette.

3-4 semaines

Tu vas ovuler et si tu as des moments intimes, peut-être tomber enceinte. Tu peux le savoir à la fin IMG_2050de ta 4e semaine si tu fais ton tests à la seconde que tu es en retard. (Ce que j’ai fait, à 5h30 du matin pour le premier pipi… Assez déconseillé, surtout si ton chum se lève juste à 10h.. c’est très long attendre…. )

Niveau entraînement, change rien. C’est encore trop tôt. Juste pour te dire, la veille que j’ai passé mon test de grossesse, j’ai fait un training intense d’environ 2h tiré du  Invictus compétition et je suis biiiinn correct et petite crevette (qui était la grosseur d’une graine de pavot à ce moment-là) aussi 😉

Niveau mode de vie, change rien non plus. Tant que tu n’as pas fait de test, vis ta vie normalement. Durant la semaine 3, j’étais au Mexique et je m’enfilais des Pina Colada un en arrière de l’autre… parce que techniquement, tu n’es peut-être pas encore enceinte… C’est sur que tu es mieux d’avoir une vie saine et équilibrée, mais si tu es en voyage ou tu pensais manger un tartare entre amis, No.Big.Deal.

5-6 semaines

Le fun commence. Tu as sûrement faite un test ou tu vis encore dans le déni. Dans les 2 cas, ça commence. Si tu as fait ton test, il se peut que tu sautes tout de suite au plafond et que tu appelles la terre entière ou que tu figes et que tu saches vraiment pas quoi faire à ce stade-là. Moi, je faisais parti du 2e clan… Juste pour vous dire, ça ma pris un bon 10 semaines de grossesses avant de pouvoir dire les mots: Je suis enceinte, je disais que j’avais une «condition». Je sais c’est weird et j’ai annoncé à tous seulement à la fin de ma 12e semaine.

Niveau entraînement, tu peux continuer ton training habituel, si tu as l’énergie. Il est possible que tu sois super fatiguée, donc les trainings de soir, c’est vraiment tough. Moi, j’étais un peu apeuré, je ne savais vraiment pas quoi faire,  ce qui était normal ou pas… Chaque fois que j’arrivais au gym, je me disais que je le dirais à mon coach et je chokais lamentablement à tout coup. J’étais pas game et c’est correct. Chacun son rythme, ya pas de stress. Seul conseil, écoute-toi. Si tu as peur, change les trucs et/ou«fake» une blessure pour pas te faire chier aux commentaires des autres. J’ai donc diminué mon intensité, mais j’essayais de continuer le plus normalement possible…

Niveau vie, c’est l’heure…. Pu de vin, de pina colada, de tartare, de fromage à pâte molle, de charcuterie, de sushis… (?$% »/!/$%!) Mais, c’est pour la santé de ton bébé, fac considère faire le switch de certaines habitudes !

ATTENTION: Les shakes. Arrêtes les poudres de protéines, BCAA etc. Il y a des trucs dedans qui sont très néfastes pour ton bébé… Fac, arrêtes ça !! De toute façon entre toi pis moi, ton intensité ne sera plus pareil, t’en a pu besoin ! Mange une pomme à la fin et tu vas être biiiin correcte !

7-12 semaines

C’est là que tu risques de voir un peu plus les changements. Je fais partie des chanceuses qui n’ont pas eu les nausées du premier trimestre alors yééé à ça !! Par contre, je suis devenue une vraie larve. Je marche moins vite, je dors ma vie et je mange maximum aux 2 heures.

Niveau entrainement, je suis partie de 5-6 jours semaines 2h/jour à 2-3 jours semaine avec seulement le wod du tableau et la majeure partie du temps en «scalant» les mouvements. Mon intensité a diminué mais surtout parce que je dois m’entrainer de soir et comme j’ai mentionné plus haut, mes fins de journées étaient dures. M’entraîner à 7h c’était un calvaire, je voulais me rouler en boule et dormir. Il est important, surtout à ce stade de la grossesse d’écouter son corps parce que c’est là que tu «fabriques» tous les organes vitales. C’est pas du niaisage là, ça prend beaucoup de ton énergie !

Mouvements à éviter dès le premier trimestre

  • Box jumps (Fais des steps up au moins les 3 premiers mois après juge comment tu te sens…)
  • HSPU (Tout ce qui demande d’être la tête par en bas, c’est un no-go… dommage c’était mon mouvement pref’)
  • Barre MU (Est-ce que j’ai besoin d’expliquer que le contact direct avec le bas ventre ce n’est pas idéal?)

Ceux-ci sont généraux. Par contre, moi j’ai du aussi arrêter la course (l’impact me faisait trop mal au «haut du corps» aka aux boobs). Ça commence à se placer alors je recommence à l’intégrer… un peu…

Aussi, ton cardio. Tu vas devenir vraiment essoufflée, rapidement. Règle d’or, ton coeur ne doit pas battre trop vite, tu devrais pouvoir tenir une conversation soft 2-3 phrases complètes en t’entraînant, si tu ne peux pas, diminue.

Tes charges. Si tu es confortable, continue. Perso, moi j’ai diminué parce que ça tirait un peu et je me dis que dans la prochaine année, je ne m’attends pas à faire des PR ! Encore une fois, le mot d’ordre. Écoute-toi. Toi seule peux savoir comment tu te sens. Si tu te sens bien, continue, si quelque chose cloche arrête.

Donc, voilà, c’était mon petit chapitre 1 sur le premier trimestre. Pour la suite, je ne sais pas comment je vais traiter ça, clairement pas par trimestre… peut-être par découverte, par trucs et astuces, on verra !!

Si vous avez des questions ou des sujets que vous voulez que j’aborde, GO ! Laissez-moi savoir, j’écris pour vous. Le CrossFit enceinte est tellement tabou qu’on n’a pas beaucoup d’infos ! Si je peux aider via mon expérience et les conseils de mon médecin et mes coachs CrossFit, ça va me faire plaisir !

Bon CrossFit et bonne grossesse 😉

P.S. la photo du haut, ce n’est pas ma bédaine mais celle d’une amie et collabo Natasha qui nous avait écrit sur CrossFitter pour 2 en avril passé.

Andy

 

Day to life

Y a plein de monde qui passent pratiquement autant de temps (sinon plus) au gym qu’à la maison. On bouffe là, on se lave là et si y avait des lits, y a fort à parier qu’y en aurait une couple qui dormirait là aussi. J’ai donc concocté une petite liste recueillant certains points universels que tout bon crossfitteur devrait facilement reconnaître. Et puisque je veux pas avoir l’air d’une personne avec une mauvaise attitude, je vais proposer des solutions histoire de faire passer ça pour de la critique constructive.

Prob de gym 2

LA CASE DU VESTIAIRE

Un cas classique qui n’est pas sans rappeler celui des urinoirs. Ça arrive environ huit fois sur dix. Chaque fois que le vestiaire est VIDE et que tu te choisis une case au HASARD, c’est inévitable, à ton retour toutes les autres cases vont être toujours vides SAUF celle à côté de nous et que la personne qui l’utilise est évidemment en train de se changer. Si c’est pas un exemple parfait de la loi de l’attraction, je sais pas ce que c’est. On lui demande même pas de se manifester que ça se fait quand-même.

Solution : Honnêtement ça commence pas fort, je suis désolée, je sais pas quoi écrire ici. Y en a PAS de solution. Peu importe où tu vas te placer (croyez-en mon expérience) y aura toujours quelqu’un cette journée-là qui va avoir envie comme ça, par pur hasard, de choisir la place juste à côté de la nôtre. C’est comme la « malédiction de la case du vestiaire », personne y échappe. On est tous condamnés. (Sinon vous pouvez peut-être essayer d’acheter trois cadenas pour sécuriser le périmètre.)

Prob de gym 3

L’ABREUVOIR

Tu décides d’aller prendre une gorgée d’eau dans l’abreuvoir pendant le 18 secondes et quart de break du WOD pour te faire couper par le-gars-assis-qui-jasait-avec-ses-chums-depuis-vingt-minutes qui vient de se décider à remplir sa gourde pour faire son shake post-workout.

Solution : Hmmm je serais curieuse de connaître vos propositions… Soupirer? Faire une jambette? Le pousser?… En fait la seule chose qui soit vraiment en notre pouvoir dans des cas comme ça c’est juste de s’arranger pour pas être la personne qui coupe l’autre. Si tout le monde y pensait ça arriverait pu. Je tiens par la même occasion à remercier celui qui m’a laissé passer devant lui l’autre jour lors d’une situation identique. Mais je crois pas que ça faisait vingt minutes qu’il se pognait le cul. Et il avait quand-même l’air d’avoir chaud et soif. Alors c’est digne de mention. Le monde serait meilleur si y avait plus de gars comme ça.

prob de gym 4 2

LE PAPIER CUL

Probablement par souci d’économie, le papier de toilettes dans les vestiaires est tellllllement mince qu’il déchire tout croche et que tu dois faire une collection d’une douzaine de mini-morceaux pour être à peine capable d’essuyer ton petit pipi nerveux pré-workout (inutile de parler des cas de grosses commissions…).

Solution : Faire comprendre au responsable des ressources matérielles que le fait d’acheter du papier calque n’est pas vraiment une réelle économie puisqu’il faut en dérouler au moins LE DOUBLE pour avoir une quantité utilisable, sans mentionner que la personne utilisatrice doive rester environ 52 secondes de PLUS dans le cabinet simplement pour être capable de recueillir le précieux matériau. Les principaux effets de ce problème sont : 1) rendre ledit individu en TABARNAK  et 2) faire attendre touuuutes les personnes qui veulent utiliser la toilette. Mais puisque j’ai dit vouloir démontrer mon attitude exemplaire, j’ai une bonne nouvelle : ceux qui ont pas pu boire parce qu’ils étaient pognés derrière le gars qui remplissait sa gourde, vous aurez pas à y aller anyway.

 

prob de gym 5

LES LIQUIDES HASARDEUX

Des surfaces en tout genre, incluant mais ne se limitant pas à : planchers/barres olympiques/rig/dumbell/wallball sont couverts de fluides corporels de provenance douteuse et inconnue. (À noter que les surfaces couvertes de votre propre sang et/ou sueur ne sont effectivement probablement pas un problème pour vous mais le sont certainement pour ceux qui passent après, ce qui en fait la raison même du point soulevé ici.)

Solution : Étudier si des conditions aggravantes sont réunies dans le workout sur le point d’être entamé en sachant se poser les bonnes questions…

: « Est-ce qu’il fait 30 degrés dehors (45 avec le facteur humidex), qu’il y a un AMRAP de 50 minutes à compléter et que l’air climatisé est brisé? » Pour les gars qui ont l’air de sortir de la piscine après juste cinq minutes d’entamées dans le WOD, peut-être envisager garder votre t-shirt… Non c’est pas désagréable un gars raisonnablement musclé en plein effort… avec des épaules découpées… le chest luisant… avec des abdominaux saillants… une goutte ruisselante le long de la colonne jusqu’au creux des reins… Ok bon, un gars en sueur, c’est quand-même sexy mais jusqu’à un certain point. Jusqu’à un-certain-point. (Ce point est habituellement avant que le gars se mette à faire des flaques par terre partout où il passe ou que le voisin doive fermer sa bouche pour pas avaler la sueur qui revole de son chest pendant qu’il fait ses pull-ups (true story).) Par contre, une fille, c’est immunisé… Tant pis pour la camisole, sortez votre top Lululemon et je me porte personnellement garante si vous recevez une quelconque plainte de la gente masculine.

B : « Est-ce qu’y a 300 pull-ups + 100 T2B + 50 muscle-up à faire for time, qu’hier on a fait 200 C2B pis que les barres de la cage sont plus antidérapantes que des Ultra Grip Ice qui sortent de chez Canadian Tire en plein mois d’octobre? » C’est difficile de cacher le fait qu’en dedans de 10 minutes quelque chose va très certainement ouvrir. Si vous cherchiez quand et comment bien investir votre argent, c’est maintenant en mettant un gros 3$ sur une roulette de tape. Aussi, après votre training, profitez des six pas que vous avez à faire pour vous rendre à la bouteille de désinfectant que vos coachs laissent à votre portée pour évaluer le niveau de gravité de vos ouvertures. Nettoyez votre barre et profitez des six derniers pas en retournant porter la bouteille à sa place pour essuyer vos mains un peu. Ensuite, là vous pouvez commencer à gosser avec votre peau à moitié arrachée avec l’outil de votre choix (les dents ou le coupe-ongles pour les plus fancy). L’idée en gros finalement, c’est de penser un peu à celui ou celle qui s’en vient après nous au lieu de lui laisser la job de ramasser VOS affaires. Y a pas juste de spotter son partner au bench qui rentre dans la définition d’esprit d’équipe.

prob de gym 6

Ça complète un survol très superficiel des problèmes communs du gym. Je sais qu’y en a pleiiiiiiiin d’autres mais disons que c’était un échauffement. J’ai envie de vous demander des suggestions (et oui, j’ai déjà pensé aux chalkeux chroniques). C’est moi qui se tappe toute la job là, vous pourriez vous forcer un peu! (bonne attitude… booooonne attitude) Donc si jamais ça vous tente de participer, je suis très open à faire un chapter two en m’inspirant des commentaires. Il va sans dire qu’ils se doivent d’être posés, profonds et réfléchis… vous comprendrez que j’écrirai pas sur n’importe quoi quand-même!

 

Day to life

J’ai eu une discussion intéressante avec une amie cette semaine. Le genre de conversation qui nous fait prendre notre shake une heure et vingt en retard parce qu’on retourne trop tard chez nous.  Le genre de conversation qu’on peut avoir seulement après un bon WOD un soir d’été, assis par terre dehors sur le bord du gym. Et parlant d’été, on peut dire aussi que c’est le genre de conversation qui s’apparente à un sujet typiquement estival…

roger 2

On va se le dire, c’est tentant d’envier le gazon du voisin des fois. Le leur est tout vert et fourni… le nôtre a des pissenlits pis des tâches brûlées… Mais dans le fond, on sait pas ce qu’il a fait pour qu’il soit beau à ce point-là. Il en avait peut-être des mauvaises herbes lui aussi et il a dû investir dans deux ou trois chaudières de Weed B Gon. Il a peut-être un terrain sablonneux et doit sortir l’arroser quatre fois par jour pour le maintenir en vie. On le remarque pas mais il a peut-être du trèfle mélangé dedans, peut-être qu’il a posé de la tourbe, peut-être qu’il a semé… Il y en a même des fois qui utilisent des pesticides pas trop recommandables ou du gazon synthétique sans que personne le sache (!)

roger 3

Y’a plein de facteurs différents qui influencent une pelouse mais si on peut tous s’entendre sur UNE chose, c’est que c’est habituellement le voisin qui met le plus de temps dessus qui a le plus beau terrain (et il s’appelle pas mal tout le temps Roger). Oui, il y en a une couple d’autres qui ont un parterre qui donne le goût de se rouler dedans et qui semblent pas avoir trop de misère à l’entretenir mais ce sont des exceptions pour qui toutes les conditions sont réunies en leur faveur.

Bon. On l’envie un peu Roger faut l’admettre. Il a telllllllllement un beau terrain. Alors on l’observe secrètement pendant quelques semaines… On remarque qu’il a une bibliothèque remplie de livres d’horticulture, que sa Volkswagen est toujours parkée dehors parce que son garage est converti en coffre à outils de jardinage géant. Il a aussi une hose de 53 pieds en téflon trempé, passe méticuleusement sa tondeuse John Deere chaque samedi matin et son biz-biz  sur l’heure du souper à chaque deux jours avec une précision scrupuleuse (quoi que ça, vous le saviez déjà). Pour être bien certain que sa pelouse soit assez fournie, il étend aussi de l’engrais, du compost et cinq autres produits fertilisants.

Ok. On réalise que Roger a décidé de faire une priorité de l’entretien de son gazon (et il en est fier!). On aimerait vraiment pouvoir avoir un pareil au sien mais est-ce qu’on est prêt à en faire une priorité autant que lui? Qu’est-ce qu’on fait, nous, si le samedi matin on préfère aller se promener avec notre chien? Ou si on aime mieux mettre plus d’argent sur notre piscine en arrière parce qu’on adore nager? Si on déteste pas ça tant que ça les pissenlits finalement parce que ça fait de la couleur et ça attire les papillons? Si on a le goût de partir une semaine en voyage sans s’inquiéter de l’état du parterre à notre retour? Si on aime notre gazon plus long? Si on l’aime plus court?

On a tous la chance d’avoir notre petit terrain à nous. Il est déjà tout beau et a le même potentiel de croissance que celui des autres du quartier. Il n’en tient qu’à nous de le défricher et d’en faire ce qu’on veut. Oui, des fois celui du voisin a l’air plus intéressant mais est-ce qu’on sait les efforts qu’il a dû faire pour y arriver? Si oui, est-ce qu’on est prêt à faire preuve du même dévouement pour y parvenir? Peut-être que oui, peut-être que non! Si toi ce que t’aimes c’est des petites fleurs pis des rocailles, démarque-toi avec ça! Ce qui fait bien pour le terrain sud-ouest d’à côté ne mettra peut-être pas ton terrain nord-est autant en valeur! En fait, une chance qu’on n’est pas toutes des Roger parce que sinon, la rue, à serait plate en maudit.

roger 6

Vous l’aurez compris, ce que je veux dire, c’est que l’important, c’est de mettre son énergie sur sa propre personne. Y en aura toujours des plus forts que nous mais c’est pas en se décourageant à les regarder que ça va changer quelque chose dans notre vie. On aspire tous à devenirs meilleurs mais il faut accepter le fait que tout se place une étape à la fois. Bon, assez de morale pour aujourd’hui! Lâche ton cell pis retourne travailler sur ton prochain skill!