Être une femme qui fait du Crossfit

Quand tu es une femme et que tu dis à des non-crossfiteux que tu fais ce sport appelé Crossfit, tu as droit à deux réactions.

1- La réaction impressionnée. Ah oui, cool, moi je serais jamais capable de faire ça, suivi de la question, tu lèves combien ?

2- La réaction étonnée semi-effrayée. Ah ouin, mais t’as pas peur de perdre ta féminité, c’est des bêtes les femmes qui font ça, elles sont bin trop musclées.

Quand j’ai commencé, il y a de cela presque 2 ans, j’avais droit à 90% du temps de la réaction numéro 2. Moi, déjà insécure de devenir ulra-musclée et avoir l’air d’un homme en robe, je me voyais patiner super fort pour convaincre les autres que moi ça serait différent. Que je ne me rendrais pas là, que mon but c’est pas de lever 2 fois mon poids, mais juste me tenir en forme et faire quelques petites compétitions juste pour le fun… mais au fond de moi, je savais que tout ce que je disais à voix haute, aux non-crossfiteux, c’était dans le fond des arguments que moi j’essayais de me faire avaler.

J’ai commencé en perdant du gras, comme pas mal tout le monde qui commence le Crossfit et qui ont un minimum de bédaine à perdre et là j’ai commencé à faire des choses qui me semblaient impossible, seulement quelques mois auparavant. Faire un Strict Pull-up, après un Strict Handstand push-up, après des Muscle-ups sans parler de faire mon premier deadlift qui pesait aussi lourd que moi et mes premiers cleans et Snatchs et là…. merde… plus que ça allait et plus que j’aimais ce que je voyais dans le miroir mais surtout au gym. Je commençais à faire tous les WODs RX et les finir… j’en voulais plus.

En parallèle, on va être honnête, j’ai changé physiquement, énormément. J’ai des triceps et des biceps apparents, j’ai des grosses cuisses musclées, j’ai des traps (trapèzes) et on parle même pas de la définition de mon dos. Ma garde-robe a fait un 180 degré, mes goûts ont changés aussi, pourtant, étrangement, je ne me suis jamais senti aussi féminine qu’aujourd’hui. La femme musclée et forte que je suis. Maintenant, je reçois 90% de la 1ere réaction quand je dis que je fais du Crossfit et quand je reçois la 2e réaction, je ris et je dis que si je grossis et que ça fait de moi une meilleure athlète et une femme plus forte et bien dans sa peau, j’aurai réussi.

Le Crossfit, pour les femmes, c’est une façon de s’exprimer, de se dépasser, même parfois de se prouver à soi-même que le mur qu’on vient de défoncer, c’était seulement notre imagination qui le mettait là. Le Crossfit ça change la perception de l’idéal physique. Ça ne dit plus, je veux ressembler à telle ou telle actrice, ce n’est plus jalouser sur le physique des autres, c’est de se concentrer sur ses performances et changer ses priorités. Vouloir lever plus lourd, courir plus vite, être meilleure, toujours la meilleure de nous-mêmes. Focuser sur le vide que nous pouvons faire l’instant d’un WOD, souffrir en masse, même pleurer parfois quand ça fait mal, mais se sentir en vie et se sentir femme.

L’image d’une femme forte physiquement mais aussi mentalement. C’est pouvoir affronter ses démons et surpasser toutes les barrières que le coach t’impose sur le Tableau Blanc et finir en sueur parterre et te dire. J’ai réussi. J’ai gagné.

Donc au fond, on s’en fous-tu de la réaction des non-crossfiteux qui jugent les femmes que nous sommes, qui ne comprennent pas la moitié de la satisfaction que ça nous apporte ? Le Crossfit fait parti de nos vies, nos muscles aussi et c’est ce qui nous rend femme.

Mon nom est Andy, Je suis une femme, je fais du Crossfit et je suis fière de mes muscles.

Image originale: http://crossfitchicks.tumblr.com/post/73521100851

One comment

Comments are closed.