CrossFit Games 2017Motivation

Cet article est paru sur la page Facebook de Francois Coach Rocket Rochette de CrossFit Quebec City mardi 28 Fevrier 2017. Un sentiment maintes fois répétés par vos coachs, dont Greg Lanctot ici même en 2016
Conversation post 17.1
Coach Rocket : Gooood job! Es-tu fier de toi?
Athlète X : Merci coach… non pas vraiment…
Coach Rocket : Pourquoi?
Athlète X : Je l’ai pas terminé… et ya du monde qui le font en 11-12 minutes…
Là gang, on va se jaser des vraies affaires. Dans la première semaine des Open, j’ai entendu ça plusieurs fois et je trouve que ce n’est pas la bonne attitude à avoir face aux Open. Je m’explique. Il y a 3 catégories d’athlètes qui font les Open :
1: L’athlète qui s’en va aux Games
2 : L’athlète qui veut aller aux Regionals
3 : Les autres … et les autres forment 99% des personnes inscrites aux Open.
Donc si tu lis ceci, tu es sûrement dans le 99%! Ça tombe bien, c’est à toi que je veux parler. Pour toi les Open, c’est TA compétition, c’est pour ça que tu t’es préparé. Que ça fasse six ans, six mois ou 6 jours que tu pratiques le CrossFit, le moment est arrivé de TE prouver ce que TU peux faire. Donc dans ta préparation pour les Open, tu as fait des choix qui déterminent ton potentiel actuel pour les 5 prochaines semaines. Ton nombre de trainings par semaine, ta nutrition, ton sommeil etc etc. Ça c’est le passé, tu ne peux rien y changer.
Donc aujourd’hui, là, là, drette maintenant, si dans ton 17.1 tu as donné tout ce que tu as, ton 110%, alors tu dois être fier de ta performance.

rocket2
Je le sais qu’Alex Vigneault t’as battu, lui il est dans la catégorie numero uno. Je sais que tu travaillais 60 heures cette semaine, que ton enfant n’as pas dormi de la nuit, que tu as eu une gastro la semaine passée, que tu t’es blessé il y a 2 semaines et que tu viens juste de recommencer… mais si au 3-2-1 GO tu as tout donné … alors moi je suis fier de toi et tu dois l’être aussi.
Si après le 17.1, tu n’aimes pas ton score parce que tu ne t’es pas assez entrainé cette année, ou que tu as mangé de la scrap tous les jours, alors regarde vers l’avant et fais les changements nécessaires pour te sentir bien dans TA peau et atteindre tes objectifs. Tu dois mesurer TA performance en fonction des efforts mis dans ta préparation et non pas te comparer aux autre athlètes de ton gym. Parce que si tu es dans le 99%, alors j’ai des petites nouvelles pour toi, Carol-Ann a sûrement mis 20 heures par semaine de plus que toi dans sa préparation, elle a fait attention à sa nourriture et son sommeil 95% plus que toi dans la dernière année et c’est pour ça qu’elle est dans la catégorie 1… les athlètes qui vont aux Games c’est parce qu’ils le méritent, parce que leur année de sacrifices a été payante.
Les Open pour toi, c’est l’occasion de valider ton entrainement et de modifier tes choix futurs en fonction de tes objectifs de vie et de performance. Ne regrette pas les choix passés, mais sers-toi de tes contre performance de cette année pour te motiver dans la prochaine année. Meilleure nutrition, pousser plus durant les cours de groupe, se coucher un peu plus tôt… tu sais ce qu’il y a à faire et moi je suis là pour te confirmer tout ça et même t’aider dans ta préparation. Alors attaque le 17.2 avec le bon mindset. Donne ton 110% et ensuite sois fier de ta performance, mais surtout, HAVE FUN !!!
rocket3
CompétitionCrossFit Games 2017Motivation

Denis, le père de Maku (proprio de l’Usine Taschereau), nous offre un texte qu’il a écrit à sa grande famille LCT pour encourager tous leurs membres à s’inscrire aux Opens. Cette lettre ouverte, franche et directe, pourrait s’adresser à n’importe quel d’entre vous. Inspirez-vous en, inscrivez-vous, amusez-vous! -E

Salut mes amis Crossfiteux, j’aimerais avoir la chance de vous parler un par un, les yeux dans les yeux et de vous dire comment et pourquoi vous êtes tous des gens extraordinaires!

Saviez vous que, à chacune de vos visites au CrossFit, que ce soit le matin à 6:00 ou le soir à 20:00, vous posez un geste extraordinaire!Vous faites preuves de volonté, de résistance, d’organisation, de tolérance, de patience, de gentillesse, de partage, d’endurance, de persévérance, de courage et surtout de beaucoup de FOLIE, ce qui est presque reconnu comme un trait commun.

Nos confrères de travail, certains de nos amis et même nos familles nous disent souvent que nous sommes fous de faire ce sport très moderne. Moi je leur dit simplement que je suis fou du Crossfit et que je serais fou de ne pas me faire plaisir!

Parlant de folie, nous sommes présentement à quelques jours du début de la plus grande fête de tous les Crossfiteux du monde: la saison des Opens.

« CINQ SEMAINES DE PURE FOLIE » vous dirons les anciens qui ont eu la chance d’y participer.

Un spectacle haut en couleur et en performance à tous les niveaux pour chacun et chacune :

Pour certains, ça représente:
-une évaluation pour aller en compétition à un niveau supérieur
-une évaluation de leur progression face aux années passées
-une comparaison avec des milliers de gens dans le monde
-une comparaison Canada de l’est / Canada / selon ton niveau
-aider son gym à classer une équipe pour les régionaux
-une évaluation de leur progression sur leur endurance
-une évaluation de leur progression sur leur mouvement
-une évaluation de leur niveau en temps réel
-une expérience de compétition devant un public
-une participation à un Wod comme à chaque cours
-devenir un juge de compétition (ça aide pour les mouvements)
-de progresser comme juge de compétition
-une participation au « GRAND PARTY DE FIN D’ANNÉE »

Réellement pas beaucoup d’excuses pour ne pas participer à la fête :

-Je travaille un week-end sur deux ……. tu as 4 jours pour finir ton Wod.
-Je ne suis pas 100% physiquement …….. pas grave , tu donnes ton 100%
-Je ne suis pas assez bon ou fort ou ce que tu veux …… tu fais le mieux et c’est parfait !
-Je ne maîtrise pas les mouvements ….. Rx/Scaled/Mouvement adapté par nos coachs !
-Je suis trop âgée ……. il y a des exercices adaptés selon âge !
-J’ai peur d’avoir l’air fou ……… parfait on sera au moins deux !
-Je commence le Crossfit …… tu auras une bonne base d’évaluation l’an prochain.
-Je vais être absent 1 ou 2 semaines ……. parfait tu feras les 3 autres !

Ça vous dit quelque chose? :
NO EXCUSES ——— PAS D’EXCUSES

 

Dans le pire des cas tu viens :
1. Aider les participants à se calmer en leur racontant des histoires drôles !
2. Aider les participants avec l’équipement afin de ne pas les épuiser !
3. Aider les participants en leur disant que tout ira bien !
4. Aider les participants en les jugeant ( tu fais le cours sur le site desGgames )
5. Aider les participants en les jugeant ( sans le cours ) !
6. Encourager les participants en criant à en perdre la voix !
7. Féliciter et écouter les participants raconter leurs états d’âmes !
8. Pousser les participants à dépasser leurs attentes et leurs limites !
9. Consoler les inconsolables ou les éternels insatisfaits !
10. Vivre une ambiance complètement malade et irréel !
11. Passer ton temps à frissonner de bonheur devant les performances de tous !
12. Avoir déjà hâte à l’an prochain pour t’inscrire à tes premiers  OPENS  une fois que le MIND est acquis !!!

Allez, on vous attends pour s’amuser en famille.

-Denis Ranger, 62ans

Motivation

greg-lanctotCollaboration spéciale de Greg Lanctot
L’ ENCOURAGEMENT QU’ON DOIT CESSER D’UTILISER

On est tous coupables.

On est tous coupables, involontairement, de miner le succès de nos comparses en tentant de les encourager à se pousser plus loin dans un entraînement intensif.

Les entraînements en groupe se prêtent à ça : on termine notre épreuve et on s’empresse de crier après les autres, avec le petit peu d’énergie qu’il nous reste.

… On est tous remplis de bonnes intentions, aucun doute!
Et là, juste là, entre 2 « Let’s go » bien sentis, on fait l’erreur fatale, en criant à tue-tête : « LÂCHES PAS! ».

Oui, vous avez bien lu.

L’expression d’encouragement la plus naturelle et répandue dans les centres d’entraînements francophones (traduction complètement libre du chinois « Don’t Quit ») est aussi, malheureusement, nocive.

Mais… Pourquoi?matt_chan_beachwod-2014

Cette réflexion vient d’une conversation avec le vétéran Matt Chan, lors du séminaire CrossFit Competitors Course.

Je ne vous apprendrai rien en vous disant que le CrossFit, ou tout autre type d’entraînement similaire à haute intensité, demande une immense charge de travail sous fatigue.

Combien de fois avez-vous eu l’impression de terminer un WOD sur le pilote automatique? À combien de reprises avoir quelqu’un à vos côtés pour compter vos répétitions vous a semblé être une délivrance, surtout en compétition?

Le cerveau est un muscle de votre corps et se retrouve dans une situation d’inconfort et de fatigue.

Il cherche à défier la motivation intrinsèque (ça, c’est le moi-même qui veut continuer) pour sortir de cet inconfort au plus vite, en se raccrochant aux stimulis les plus atteignables.

Et voilà qu’on lui balance un ordre contraire à ce qu’on veut obtenir (LÂCHES), en plus d’un terme négatif (PAS).
Remarquez le résultat que vous obtiendrez en criant ces mots à un ami fatigué en train de terminer, disons, Karen (150 wall balls). Ou pire encore, 16.5!

Je vous le GARANTIS; vous verrez l’athlète en question arrêter son mouvement dans les secondes qui suivent.

Ah bon! Quoi dire alors?

Il y a tant d’expressions positives et motivantes qu’il est facile d’utiliser pour motiver quelqu’un et lui donner confiance durant une épreuve.dany-roy
« Allez! », « Let’s Go! », « Continue! », « Keep it up! », « Ça va super bien! », « C’est à toi ce poids-là! », « Bouge! » ou encore celle que l’on utilise allègrement au Gym Le Vestiaire « Ca-ca-ca-cam on! ».
(Petite note : l’emploi de compliments est également suggéré, mais à vos propres risques et périls selon le caractère de l’athlète en question… Par exemple, crier à votre blonde qu’elle est vraiment sexy en faisant des wall balls et qu’elle est la femme de votre vie pourrait résulter en des blessures au haut du corps. Vous aurez été averti.)

Le but de crier après nos partenaires d’entraînement est bien sûr de les encourager et de leur apporter du support pour passer au travers d’une situation probablement inconfortable (vous comprenez, je le sais!). Alors pour ce faire, pourquoi utiliser des mots négatifs?
Pensons positivement!

CrossfitCrossfit momDay to lifeMotivation

Ça y est, la grossesse est derrière moi depuis maintenant 2 mois. Pendant que mon petit poulet dort, je peux vous raconter la dernière partie de ma grossesse.

J’ai été du type choyée pas mal tout le long de ma grossesse. Pas de complication, top shape comme on dit. J’ai même fait un entraînement la journée de ma date prévue d’accouchement. Je me sentais bien alors pourquoi pas ? J’ai fait des pull-ups en série de 5 jusqu’à la toute fin et j’ai continué avec les wods réguliers avec seulement quelques petits changements à cause de ma bédaine qui prenait trop de place.

Somme toute, je suis bien contente du parcours que j’ai eu. Je me suis écoutée jusqu’au dernier jour.

IMG_2721

Le wod 16.5 annoncé et mon copain étant sur le point de terminer la saison des Open, je me suis dit: Ok, mon corps attend la fin des Open pour… accoucher. Date prévue d’accouchement, 25 mars 2016, un vendredi, mon chum fait son wod. Ouf, parfait, on est prêts maintenant…. La nuit passe, rien ne se passe. Lendemain matin, on décide alors d’aller encourager nos amis du gym pour leur dernier wod ! En quittant le gym, j’avais un pressentiment. Je ne retournerais plus au gym avant d’avoir mon bébé. Alors, après le brunch classique post-wod, je dis bye à tous les gens en disant, c’est la dernière fois que vous me voyez avec une bédaine.

La nuit de samedi, comme si je le savais, j’ai creuvé mes eaux… Le plus gros wod de ma vie commençait à 2h du matin le 27 avril 2016.

Comme dans la vie on ne peut pas tout contrôler, sans détails, j’ai été 18h sans épidurale. Le plus gros tabata jamais vu. 1:30 d’effort, 30sec de repos. Finalement après plusieurs complications, j’ai fini mon aventure en césarienne le 28 mars 2016 à 10:26. 32h de travail après quoi j’aurais du crier TIME et recevoir mon prix, mon bébé.

IMG_2727

Sans blague, pour cette dernière étape, de la grossesse, je crois sincèrement que le CrossFit m’a aidé au niveau du mental. Quand rien ne se passe comme prévu, que le bébé ne fait pas le chemin qu’il devrait faire, que chaque fois qu’une infirmière fait une vérification, tu as de super grosses contractions, mais pas d’avancement, le mental, comment bien gérer la souffrance, aller chercher la force dans le «dark place» pour 18h… quand tout semble s’écrouler, mais que tu te dis, non, ça va aller on continue…

Aussi, après 32h, quand le médecin te demande : Est-ce qu’on va le chercher ton bébé ? C’est savoir trouver l’humilité de dire, j’ai tout donné et c’est maintenant le temps de voir mon fils.

Convalescence plus longue… Arrêt total pour 6 semaines avec seulement le droit de lever mon bébé, rien de plus. J’ai pris des marches… beaucoup de marches, qui après 20 minutes me faisaient mal.

IMG_3055

Je suis maintenant à 2 mois post-partum, le poids de la grossesse est tout parti, mais le tonus n’est pas revenu encore. La semaine dernière, j’ai fait mon premier petit training d’intervalle de jogging/marche. Le plus long 3 km de ma vie, haha. Pour finir avec une cinquantaine de push-up et des exercices de cuisses. Depuis, je suis retournée 4 fois au gym et je suis bien contente de recommencer tranquillement les wods.

Pas le droit d’haltérophilie ou d’abdos pour encore quelques semaines, mais je reviens peu à peu, avec un mental encore plus fort et la capacité de contrôler mon «dark place» comme jamais au par avant.

Prochaine étape… Être une mère qui fait du CrossFit 😉

Motivation

Moi je ne suis pas un Athlète, je suis un Sportif.

Je ne me souviens plus à qui j’ai raconté ça l’été passé mais c’est resté, parce qu’on en a reparlé en Décembre à la Finale Zoo Battle. Ça me vient de toutes les publications en ligne… Athlète de CrossFit par çi, athlète de CrossFit par là, Coach Machin avec son athlète X. J’imagine que si le CrossFit forme des Coachs, il serait normal que les coachs forment des athlètes, mais si c’était le cas, il faudrait appeler tous les petits bouts en PeeWee CC des athlètes aussi…

Mais c’est vrai! Mon but à moi, ce n’est pas d’exceller, de performer, de tout casser. Je suis plutôt dans le PeeWee CC, justement. Mon objectif au CrossFit comme dans tout autre sport, c’est de me défouler, de m’amuser, de dépasser mes limites… mais raisonnablement. Avec modestie, tsé. J’aime bouger, j’aimer me pousser même, mais c’est pas vrai qu’à commencer un nouveau sport à la mi-trentaine je vais finir la tête dans le puke bucket. Tant que je me présente au gym 3-4 ou 5 fois par semaine, j’ai déjà une bonne longueur d’avance sur les autres, non?

Burgener gens normaux

Pour certains CrossFitteurs, un WOD ressemble plus à un entrainement de Navy SEAL qu’à un « entrainement fonctionnel constamment varié, à haute intensité. » Quand le CrossFit a commencé, il fallait pas être nerveux. Fallait être un dur à cuire, une bête. Beast mode all day every day, genre. Faut dire que dans le temps (y’a quoi, 5-6 ans?), si t’étais dans le CrossFit, t’étais hardcore. Y’avait pas de demi-mesure, pas de semi-retraités dans le cours de 19 :00… (Mais pas de cours d’haltéro tous les mardis non plus… c’était un peu n’importe quoi!).

Aujourd’hui, le CrossFitscaled hspu se démocratise. On apprend l’importance de scaler un WOD, que ce soit pour rendre le niveau de difficulté accessible ou pour atteindre le niveau d’intensité souhaité. On boit les paroles de Greg Glassman : « Modérez
l’effort pour maintenir l’intensité (pourtant répertoriées en Septembre 2006!). » On invite les profs de primaire, les retraités, le monde ordinaire. Les Sportifs aussi. Ceux qui comme moi aiment bouger, apprendre, explorer, mais pas puker.

Au CrossFit, on dit de laisser son ego à la porte. Le niveau de difficulté peut être élevé et on frappe tous un mur, tôt ou tard. Les athlètes intelligents vont rapidement trouver leur limite, et comprendre quand c’est possible de la dépasser et quand c’est plus safe de prendre du recul. Mais ce n’est pas tous les athlètes qui sont intelligents, et ce ne sont pas tous les intelligents qui sont athlètes! Ça prend une excellente connaissance de ses propres capacités physiques, de ses faiblesses, de ses antécédents.

La différence dans le fond, c’est que ces athlètes-là ont un plus grand bagage de performance sportive, en plus d’un désir de performer et d’un esprit de compétition. Les sportifs, nous, on a pas ça, ou du moins pas au même niveau. On a commencé pour la remise en forme, ou bien on a suivi nos chums quand ils sont passés du Pro-Gym au CrossFit. On a slaqué le vélo parce qu’on avait pu le temps de partir en nowhere pendant 5 heures ou bien on a lâché le golf parce que notre bois 1 a chié pis que ça coûte un an au gym le changer. Fait que on est pas mauvais, mais on est juste « un peu » bons. On peut faire Elizabeth RX mais on peut pas enchaîner 2 muscle-ups. On a torché le 15.1A mais choké le Clean & Jerk du 15.1B (ou l’inverse). Mais tant qu’on se pointe au gym 3-4 ou 5 fois par semaine, on a déjà une bonne longueur d’avance sur les autres, non?

compé formation 1222 (3)

C’est pour ça qu’à date, la majorité des athlètes d’élite se démarquant dans le CrossFit proviennent d’autres sports. Que ce soit le hockey, le Crashed Ice, le soccer, la gymnastique ou le bodybuilding, le sport est encore trop jeune pour avoir des athlètes qui ont grandi dans le sport dès le début. Ce sont des gens qui ont déjà des connaissances de leurs limitations et de leurs capacités à un niveau élevé de performance. Aux Games, ils ont tous fait du sport collégial, universitaire, ou professionnel. Ils ont tous 2-3 coachs, leur chiro, leur masso et leur physio. C’est pas la même game que toi pis moi, tsé?

Rich Froning, Central East

On s’entend, le CrossFit, j’en mange. Les compés, les formations, la technique, les gros noms… je veux rien manquer! Mais quand j’arrive au gym, je suis vraiment, mais vraiment, moyen. Pis je suis vraiment, mais vraiment, à l’aise avec ça. Je vais repousser mes limites, oui. Mais si le RX est mon 175%, je vais donner mon 110% comme ils disent à la TV. Pis si j’ai mal dormi la nuit passée, je vais peut-être « juste » donner mon 100% – ce jour là. Mais ça ne fait pas de moi un demi-crossfitteur, un moindre participant. Que notre perception personnelle de l’effort soit de 80, 90 ou 110 pourcent, on sue notre vie. On se pointe au gym 3-4 fois semaine, on varie nos mouvements et on en fait beaucoup, rapidement. C’est ça, le CrossFit. On a tous un background différent, et on arrive tous avec des objectifs différents. Pour que le CrossFit soit réellement accessible à tous, la première étape consiste à respecter ça et la 2e; à se respecter soi-même. Parce que tant qu’on se pointe au gym 3-4 ou 5 fois par semaine, on a déjà une bonne longueur d’avance sur les autres.

Motivation

Je ne sais pas si vous avez vu la météo, mais on annonce la première canicule sur le Québec ! Je n’ai pas besoin de vous dire que ma place sera sur une plage ce week-end !!

Ça m’a donné envie d’écrire sur l’été et l’entrainement. Pour plusieurs, l’été est la 2e saison la plus difficile pour s’entraîner. L’hiver, il fait si froid et noir si tôt, que personne ne veut sortir de chez soi et l’été c’est tout le contraire… Il est tellllllllllllllement beau et chaud, il y a tellement d’occasion de tricher sur le plan alimentaire et de sauter des journées de gym… c’est trop facile.

Par contre, parlons franchement, c’est cette saison qu’on veut être le plus en shape, la shape de plage qu’on dit même ! Je veux donc vous donner quelques trucs pour continuer à garder la forme tout en vous amusant.

Crossfiter ou pas, une solution très simple, prenez des WODs qui requiert peu ou pas de matériel. Rien de plus facile que faire un Workout For time de Burpees, push-ups, sit-ups, corde à sauter et course… De la sorte, vous pouvez profiter de la saison estivale au lieu de vous enfermer à l’intérieur.

Sinon le bon vieux vélo, la randonnée, la course à pied, le volley-ball, le power yoga à l’extérieur sont de bonnes alternatives pour le remplacement d’un soir de gym. L’important est de bouger, si vous n’êtes pas en phase de compétition et que vous allez au gym pour garder la forme, je ne vois pas de mal la-dedans !

Côté nourriture… les terrasses et restos sont très alléchants, je sais… mais les BBQ le sont aussi et sont plus simple pour contrôler ce que vous ingérez. Un Steak et une papillote de légumes c’est bien plaisant ou bien un filet de saumon sur une planche de cèdre ou bien un poisson à chair blanche avec salsa à la Mangue maison ou même un filet de porc… tellement de possibilité et tout semble plus festif cuit sur le BBQ.

Côté accompagnement, vous pouvez être Funky un peu… une guacamole avec des chips de patates douces, une salade sucrée salée, des Frites de Carottes (what? Oui et miam.) sérieusement il y a juste trop de façon d’être créatifs et santé !!!

Nous avons fait l’acquisition d’un nouveau livre de recette paléo récemment et il y a des tonnes de recettes estivales, sinon un cuisinier québécois Antoine Sicotte avec son livre consacré au BBQ, juste Oh.My.God. ce chef est un génie. Il faut parfois faire quelques modifications pour rendre le tout paléo mais wow…

En gros, l’été, c’est fait pour jouer. Amusez-vous à l’entrainement et au fourneau… ou plutôt au BBQ. Le resto, ça va, mais avec modération, gardez-le pour votre jour de triche ! Adaptez-vous à votre environnement pour rester en forme sans que ce soit une corvée 🙂

Day to lifeentrainementMise en formeMotivation

Pour les gens qui ne me connaissent pas, on pourrait dire que je suis plutôt du type vivre et laisser vivre. Par contre je m’offusque facilement quand j’entends des gens donner des opinions qui sont copié-collé d’un statut Facebook ou d’un supposé spécialiste qui en fait est plein de préjugés. Faque aujourd’hui je crève l’abcès, je sors le méchant :

WTF QUE LE CROSSFIT C’EST DANGEREUX!?!?

A rider crashes into a security wall during the Red Bull Road Rage bike downhill race in Sigulda

Un de mes sports préférés est le vélo de route et quand on descend une bonne côte, on va chercher 80kmh, facile. Mais le CrossFit c’est dangereux.

Avant de découvrir le CrossFit, je faisais de l’escalade et du kayak d’eau vive. Tsé, des sports bin conservateurs. Mais le CrossFit c’est dangereux.

Quand j’étais jeune, je me suis tenu dans des skateparks. Les gars qu’on voit aux X-Games faire des double-backflips en BMX, ils ont tous commencé quelque part (en béton ou en asphalte probablement), avec leurs chums qui leurs crient: « enweille, t’es pas game! » Mais le CrossFit, c’est dangereux.

Mon feed FB est rempli de kids qui se filment sur les corniches des plus hauts gratte-ciels au monde, d’apprentis Jackass ou de vidéos de basejumping en wingsuit. Mais le CrossFit, c’est dangereux.

zambezi paddler

On comprend le principe? Il y a beaucoup de sports qui peuvent être poussés à l’extrême. Mais regardez bien où je m’en vais avec ça :

Il y a des milliers de gens qui squattent des gros poids, tout croche et sans supervision, mais « en sécurité dans une cage », MAIS LE CROSSFIT C’EST DANGEUREUX!? La moitié des usagers de gyms traditionnels ne savent pas comment la moitié des machines fonctionnent, MAIS LE CROSSFIT C’EST DANGEUREUX!? Les coachs de Bootcamp programment des Toes 2 Bar, des Box Jumps, des DB Press, des KB snatch, tout sauf une barre olympique d’haltéro, MAIS LE CROSSFIT C’EST DANGEUREUX!?

EST-CE QUE J’AI MANQUÉ QUELQUE CHOSE!?!?

squat cage
Certains kinés, bodybuilders, coachs de spinning et tutti quanti vont dire que le niveau de coaching dans nos boites est insuffisant. Mais peu importe l’expérience et l’implication des coachs de CrossFit (on en prend et on en laisse, hein?), les Nautilus, Energie Cardio, ProForm et Flex Gym sont BONDÉS de gens qui s’entrainent sans AUCUNE supervision!! Pourquoi autant de haine déversée sur le coaching de CrossFit??

Évidemment, avec « les interwebs » aujourd’hui, si on cherche de la vidange, on va en trouver. Les « Crossfit Fails », les WODs inventés plutôt que programmés, les niaiseries qu’une gang de chum a filmé pour rire et qui se fait réinterpréter par le grand public comme étant sérieux. Les conneries virales pognent toujours plus que les tutoriels bien exécutés et c’est toujours les pommes pourries qui ressortent en tant qu’ambassadrices de notre sport. La vérité c’est que tout ce beau contenu de qualité est souvent pris dans le powerlifting, les gyms traditionnels, les gyms de garage ou les compétitions amateurs.

C’est sûr que notre univers n’est pas parfait, on a juste à regarder la récente vidéo du Orange County Throwdown avec les sauts de haies pour se demander si le « constantly varied » n’a pas trop pris le dessus sur le « functional movement ».  Le OCT n’est pas officiellement un événement Crossfit mais ils sont loin de la compé locale. Avec les athlètes de renommé qui y ont participé, il n’y a pas vraiment d’excuse pour avoir programmé un événement aussi horrible à regarder. D’un autre côté, je suis certain que sur papier des haies progressivement plus hautes ça devait avoir l’air plutôt inoffensif…

Overhead-squat

Cela étant dit, la majorité d’entre nous pratiquons le CrossFit pour être EN FORME, pour se DÉPASSER et prendre CONFIANCE EN SOI, et la majorité de nos coachs programment des WODs et supervisent nos performances avec ces objectifs en tête. Les détracteurs auront beau dire que tout athlète devrait recevoir une évaluation posturale, des exercices adaptés et un suivi personnalisé, la vérité est que ce n’est pas accessible à tout le monde et que nous ne sommes pas tous des « athlètes ». Les entraîneurs qui offrent ces genre de services doivent eux même coacher des cours de groupe plus ou moins anonymes pour combler leurs horaires, ce qui en dit long sur la popularité « grand public » de leurs services personnalisés.

Mais pour ceux qui suivent ces cours de groupe, pour tous ceux qui ne font que du tapis roulant et de l’elliptique, pour ceux qui disent être en shape  parce qu’ils font des demi squats et des bicep curls 2 fois par semaine et pour ceux qui comme moi ont essayé tous les sports extrêmes ou qui aiment jouer dans le trafic pour faire un peu de cardio, WTF QUE LE CROSSFIT C’EST DANGEREUX!?!?

CrossfitdéfisentrainementEntraînement crossfitfiertéMise en formeMotivation

Le Crossfit c’est un sport tellement beau et fascinant. C’est un sport complexe et remplit de dualités.

Je m’explique.
Lorsque tu t’entraînes en Crossfit, tu dois travailler tellement fort sur toi-même. Physiquement et surtout mentalement. C’est tellement facile de laisser le mental flancher parce que t’es puuuu capable. Dans le fond, ton corps, il les continue les foutus répétitions, mais ta tête elle, elle te lance des signaux te disant que tu as mal et te cries d’arrêter, que ça fait trop mal.
Hier j’ai vécu une des plus belles exemples de la difficulté de ce sport au niveau du mental. Je suis la programmation de Crossfit Invictus depuis déjà quelques mois. Des fois je le fais à 100%, d’autres fois non. Je suis honnête, il y a des jours que c’est plus difficile que d’autres, non mais là je suis humaine tsé !
La programmation était plutôt simple, ce qui sonne majoritairement une alarme que tu vas souffrir, vraiment. Ce qui semble simple sur papier, par expérience, c’est les pires WODs. J’avais des exercices en force et technique avant le dit WOD. Un volume assez haut en back squats et très lourd, ensuite de la technique de Split Jerk et des répétitions à 75% de mon 1RM (1 répétition le plus lourd possible). Donc, jambes et épaules assez réchauffées pour ne pas dire brûlées. Voici le WOD qui m’attendait:
 CrossFit-Invitational-582x319
Event 1 Crossfit Invitational
For Time
45 Pull-ups
45 Thrusters 65 LB (femme) / 95 LB (homme)
Depuis quelques temps, j’ai de la difficulté avec des pull-ups en volume. J’en fais trop en force alors le mouvement butterfly ou Kipping semble lourd, pas contrôlé après 15-20… Bref.
Je fais mes 45 Pull-ups, je chiale un peu, mais ça va plutôt bien… étrangement. Arrive aux Thrusters, qui sont plutôt «léger», je voulais faire à coup de 10 répétitions et finir avec un petit 5. Je prends la barre et au même moment, mon plan à sacré le camps à la poubelle directement à côté de mon courage. J’en fais 5, drop. Quossé ça… J’ai mal… Mes jambes répondent à moitié. Reprends la barre, 5, Drop. Ok. C’est là que j’ai compris que je DEVAIS me concentrer à faire des bonds de 5, prendre quelques secondes de repos, pas trop juste assez et reprendre la foutue barre et en refaire 5.
C’est ça que j’ai fait, difficilement, très, mais je l’ai fait. Rendu à 25 répétitions, j’avais un moton dans la gorge, les poignets en feu sans compter, un moyen contrôle sur mes jambes. 30. Guillaume, mon copain, me lance : 15, c’est rien 15 lâche pas. À ce moment, le moton qui se trouvait dans ma gorge monte directement aux yeux qui se remplissent d’eau et ma parole sort tout seul pour dire : Je peux pas, j’pu capable.
Mon mental avait sacré le camps avec mon plan de match et mon courage direct à la poubelle. Enfin, c’est ce que j’avais l’impression, mais j’avais une petite voix que je ne savais pas trop sortait d’où qui me criait UP ! UP ! Fac je remettais mes mains sur la barre la levait et faisait 5 reps à la fois, jusqu’à la dernière répétition malgré les larmes qui commençaient a ruisseler sur mes joues. 9 minutes 10 secondes plus tard, je l’avais fait. Un bon temps ? Non. Mais j’avais passé au travers.
Je vous vois lire ça et vous dire que je suis une folle sans raison, mais au contraire. Si mon corps n’avait pas pu suivre, je n’aurais pas été capable de le faire. J’avais seulement un combat mental sur l’envie d’abandonner et l’envie de clancher pour en finir pour de bon. Des fois c’est aussi simple que ça. Si tu prends la barre en te disant je suis pu capable, tout fait plus mal. Si tu t’encourages et dis GO GO GO, tu passeras au travers. Oui j’ai pleuré, j’avais mal, très mal, mais c’est rien par rapport au sentiment de satisfaction de ne pas avoir abandonné. J’ai surpassé mon mental et j’ai continué.
Surpassez-vous, tout le monde peut le faire.
Andy
CompétitionMise en formeMotivation

Plusieurs émotions m’ont traversé l’esprit à l’idée de faire le saut. J’étais excitée, pleine d’appréhension, un peu angoissée. C’était la première fois que je m’inscrivais à une compétition, en équipe.  J’ai choisi de participer à une petite compétition locale à mon gym qui permettait, en partie, d’amasser des fonds pour la fondation B3. Cet organisme apporte main forte aux jeunes espoirs sportifs qui n’aurait pas les moyens de vivre de leur passion sans aide.

C’était des équipes de 4 personnes avec un minimum de 2 femmes par équipe. Bien sûr, j’ai choisi de faire la compétition avec mon copain et nos deux acolytes de voyage; Jp et Rosalie !

photo

L’annonce n’en disait pas trop, juste assez pour faire aller mon imagination de ce qui pourrait m’attendre dans cette journée haute en émotions. 3 jours avant le jour J, seulement une épreuve était annoncée. De la course. Seulement 3 membres de l’équipe devait participer. À la courte paille, j’ai du rester sur le banc et faire la Cheerleader. Soyons honnête, la façon que je pouvais le plus servir à mon équipe était de me retirer. Background de courte durée, aucun talent naturel pour la course, mesure 5 pieds 2 pouces. J’ai d’autres talents.

Le matin-même, on apprend que seulement 5 minutes avant chaque événement nous saurons ce qui nous attends. Pas moyen de faire des stratégies. Humm.. Tant pis !

Premier événement, la course. Mes co-équipiers en fait une vraiment bonne job ! J’étais bien contente, nous l’étions tous.

course

Deuxième événement, le STRONGMAN. Je me disais que ce serait ma force. Chaque membre de l’équipe devait participé. Les points étaient cumulés avec le temps de la dernière personne à terminer le parcours. 1 Homme et 1 femme partent en même temps. La femme donne la tappe à sa partenaire lorsque terminé et l’homme idem avec l’autre homme.

40 M Push Sled (225/135)

8 Tire Flips

80/40 M Farmer walk (log + 10 KG chaque côté)

80 M run avec ball (45/35)

Ce qui est drôle avec ce parcours c’est le Push-Sled au début. Lorsque tu finis ça, on dirait que tu ne sais plus comme tes jambes fonctionnent, elles sont trop lourdes ou trop légères… c’est pas trop clair et après ça il faut que tu aies flipper ce Tire. (Celui de l’homme est plus gros que celui de l femme bien sûr)

 

ZS

 

Suite à la 2e épreuve, nous avons eu droit à une épreuve qui nous a mis en avantage pour une raison en particulier, nous sommes relativement 4 athlètes du même calibre. La 3e épreuve allait comme suit;

50 calories Rameur

50 Frog Sit-Up

50 Wallball 20/16

50 Box jump 20 »/24 »

2 athlètes à la fois. Un homme et une femme. Les 2 athlètes doivent commencer les stations en même temps. Jp et Rosalie ont commencé, dès qu’ils étaient rendus aux Wallballs, nous pouvions commencer notre rameur. Guillaume m’a attendu pour commencer les Sit-up, ensuite je l’ai attendu avant les wallballs pour terminer à 3 reps de différence. Disons que nous étions un bon team ! On a tout donné.

wallball

4e événement et non le moindre;

AMRAP 5 minutes.

5 Burpees

10 Ball Slam 45/20

15 Push-ups hand released

20 KB Deadlifts 36/24 (kg)

Facile, léger, rapide. Ça c’est avéré a être le meilleur événement de ma journée, je me suis vraiment étonnée à garder un bon pace et à 30 sec. de la fin augmenter la cadence comme si ma vie en dépendait ! Chaque membre de l’équipe a tout donné. Ça été un wod qui «rentre dedans» assez solide et encore un peu plus après, tsé quand tu arrêtes de forcer et que soudainement tes muscles te font comprendre que tu as mal !

ballslam

Au bout du compte, nous avons eu bien du plaisir et ça donne une belle expérience. Non ce n’était pas une compétition CROSSFIT, mais c’était un beau challenge et la communauté était là de A à Z, entre les équipes ont s’encourageaient, le but était d’avoir du plaisir et se surpasser. La Zone Sportive pense refaire ce type d’événement chaque 6 mois, s’ils le font, j’y serai à coup sûr. D’ici là, ça m’a donné vraiment le goût de faire des compétitions régionales ou locales en équipe. J’ai aimé ce genre de stress. Tu te pousses toujours un peu plus quand tu es en équipe parce que tu sais que si tu arrêtes, ce n’est pas juste toi que tu laisses tombé mais bien le reste de ton équipe.

Tout le monde à la fin est satisfait et surtout, brûlé 😉

ro

 

 

 

 

CrossfitDay to lifeMotivationNon classé

Il y a une couple de semaines je suis tombé sur une séries d’articles parlant de certains principes qui font qu’un gym est bon. J’ai beaucoup aimé leur approche alors je vous la partage aujourd’hui! Vous pouvez lire le texte original de Roberto B. sur WodPlanet. Laissez-nous savoir si vous aimez celui-ci et nous vous partagerons les autres!

« Aujourd’hui, nous commençons une rubrique amusante appelée « à la box ». Ici, nous allons couvrir toutes les choses pertinentes à la box: les coachs et les techniques de coaching, les critiques d’équipement, les drop-ins et leurs avantages pour nous, et les critiques de gyms. Pour commencer, avant toute autre chose, il serait bon d’avoir une première discussion sur ce qui fait une bonne box. Décomposons les bases aujourd’hui, et dans les prochaines semaines, nous allons donner plus de détails sur chaque composante.

great-box-coaching

Puisque je me plais à penser en listes et motifs, nous allons isoler trois parties constitutives de tous les grandes boites, et nous allons arbitrairement les faire commencer par la lettre « c » (non pas parce que CrossFit commence par un « c », hehe).

1.) Les Coachs

La première clé du succès en CrossFit est l’entraîneur. Pourquoi? Un bon coaching est indispensable à tout CrossFitter car un bon entraîneur vous enseignera la bonne forme, la technique des lifts, les compétences de gymnastique, et vous encouragera quand vous en avez le plus besoin. Lorsqu’il vous semble que tout va à l’échec, un bon entraîneur sera le « Mickey » à votre « Rocky » quand vous attaquerez ce WOD qui ressemble tout à coup à Mr. T. Votre coach vous motivera, vous fera croire en vous-même, et oui … jettera même l’éponge si nécessaire.

Cela semble beaucoup pour un entraîneur, n’est-ce pas? Mais on parle de CrossFit. Je pense que Rich Froning résumait bien quand il a dit, « Ce n’est pas que vous devez être le meilleur à tout; c’est que vous ne pouvez échouer à quoi que ce soit « . Vos entraîneurs ont mis du temps à apprendre les mouvements clés, les lifts, et les compétences de gymnastique qui font du CrossFit ce qu’il est. Est-ce à dire que chaque entraîneur va être un expert dans tous ces domaines? Non, mais une bonne boîte aura une profondeur et une diversité de son personnel d’entraîneurs qui réunira tous ces domaines. Vous pouvez avoir des entraîneurs qui sont plus allumés en gymnastique, et d’autres qui ont été certifiés en force. Mettez ces deux entraîneurs ensemble dans une boîte et, boum, vous avez l’étoffe d’un excellent entrainement! Maintenant, ajoutez un entraîneur fou qui aime danser pendant WODs à divertir les troupes tout en prenant une pose de yoga à l’occasion et … là vous avez votre mobilité. Dans une boîte, vous avez tout: compétences de gymnastique, de la force et des programmes d’haltérophilie, et de la mobilité (avec un peu de poussière de yoga sur le dessus).

Une bonne boîte aura de la profondeur avec leurs formateurs, tant en nombre qu’en capacité. Cherchez cela, et vous trouverez une grande boîte.

2) Communauté

Si le CrossFit est reconnu pour quoi que ce soit par le reste du monde, c’est en tant que communauté de croyants (bon, ok … il est connu comme un culte! Mais allons, vrais croyants, nous savons que ce n’est pas vrai… Quelle est la première règle de CrossFit? Parler de CrossFit non-stop à tout le monde!). Ce qui rend le CrossFit si grand est la camaraderie qui vient seulement par le partage d’une misère commune et des victoires quotidiennes! Comme l’a dit Sean Woodland, « L’homme qui termine dernière obtient souvent applaudi (pour) plus fort que l’homme qui termine premier. »

great-box-community

La Communauté CrossFit

Les grandes boîtes ont de grandes communautés. Point à la ligne. Rien de plus, rien de moins. Comment trouvez-vous la marque d’une grande communauté? Jetez un œil sur les règles de la boîte (habituellement affichées sur un mur quelque part, et réitérées par vos entraîneurs): «Sauf indication contraire, ne pas commencer le nettoyage jusqu’à ce que chacun complète le WOD.» Pourquoi ? Parce que vous n’êtes pas seul dans ce voyage. Les athlètes des autres niveaux sont là avec vous, partageant la même douleur et les gains que vous. Et tout comme vous, ils ont besoin d’encouragement. Si vous avez terminé avant les autres, applaudissez-les et aidez-les à se rendre à cette même fin aussi efficacement que possible.

Jetez un oeil autour de vous en explorant votre boîte. Est-ce que les gens s’encouragent? Est-ce que le prochain groupe, arrivé tôt pour se préparer, également investi dans la façon dont votre groupe travaille? Sont-ils là pour apporter leur soutien, à la fois physique et émotionnel? Est-ce que les gens s’entraident à ramasser l’équipement? Si c’est le cas, voilà l’étoffe d’un grand box.

Le Coeur

Ici, nous avons deux idées liées au coeur: le noyau physique, comme dans l’emplacement; et le noyau idéologique, comme dans les objectifs de la boîte pour les membres.

– Noyau physique (emplacement):

Un bon gym est accessible pour vous. Cela ne signifie pas nécessairement qu’il est physiquement proche de vous. Plutôt, c’est qu’il s’adapte à votre style de vie et votre emplacement. Votre boîte peut être à 30 minutes de voiture, mais aussi longtemps que vous pouvez faire cette route sans sauter WODs (parce que c’est trop loin), eh bien, c’est excellent. Pour la plupart d’entre nous, cela signifie que nous allons chercher une boîte qui est située soit près de notre maison ou de notre travail. Mais … et permettez-moi de le souligner, ne troquez pas le coaching compétent et la communauté pour des raisons de commodité. Si vous vous retrouvez à un gym moins que génial seulement parce que c’est pratique pour vous, eh bien … la commodité ne va pas aller très loin pour très longtemps si vous êtes sérieusement investi dans votre entrainement. Prenez le temps de passer dans les diverses installations autour de vous, faites le tour, demandez au propriétaire de la boîte pour une période d’essai, et ensuite prenez une décision.

group push press

– Noyau idéologique:

Encore plus important que le noyau physique est la base idéologique. Qu’est-ce que je veux dire par là? Votre boîte ont-ils une mission définie ou un programme de formation et de santé globale? Attendez, vous n’avez jamais pensé à votre entrainement en ces termes? Eh bien, vous le devez car le CrossFit ne sert pas seulement à déplacer des choses lourdes physiquement. Le CrossFit nous apprend la vie, la persévérance,  la diligence, et de croire en soi-même (tous les types de choses que nous allons nous concentrer dans notre série).

Une bonne boîte soutiendra cette idéologie. Que veulent-ils vous enseigner? Sont-ils investis dans plus que votre portefeuille? Sont-ils investis dans votre vie? Une grande boîte investi en vous entant que personne, et ils vous aideront à construire physiquement et mentalement.

Donc, il y a quelques réflexions préliminaires sur ce qui fait un très grand gym … Dans les prochaines semaines, nous allons plonger plus profondément!

Cet article était la partie 1 de notre «Recette pour un grand gym de CrossFit. » »

Tel que mentionné, les auteurs de Wodplanet avaient toute une série d’articles sur le sujet. Laissez-nous savoir si vous avez aimé celui-ci et nous vous partagerons les autres!